Ça m’a sauté aux yeux d’un seul coup, dans la cuisine immense de 7 m² où je me contorsionnais pour ranger trois couverts, tandis que la radio égrenait ses kyrielles d’informations : il y a de sacrées permanences historico-politico-religieuses en ce bas monde.

Chapitre 1, le protestantisme. Demain j’écrirai le chapitre 2, le catholicisme. Vous voilà prévenus. Ceci dit, étant personnellement aussi athée que possible, ne craignez ni sermon ni prêche…

Bon. Il y a environ 500 ans, Luther, virulent moine allemand, placardait ses 95 thèses sur toutes les portes qu’il croisait dans son village. Parmi elles, l’une me semble encore aujourd’hui guider plus ou moins consciemment l’activité politique des hommes élevés sous ces auspices protestants.

permanences-chapitre-1.gif

C’est l’idée que le Prince, le dirigeant, le chef quoi, a le devoir d’être éclairé, et s’il en est convaincu, il s’arroge en plus le droit d’être autoritaire. A l’époque dudit Luther, ce principe politique de l’obéissance à son suzerain, quelle que soit la méfiance qu’on développait à son égard, donna naissance au mythe du « Despote éclairé », encensé par Voltaire (qui comme dirait Michel Onfray, n’a pas que pensé mais aussi écrit des conneries…) en la personne de Frédéric II de Prusse (là, si vous aviez eu Kiki au texte, elle aurait écrit Frédéric II le Retour…)

J’en arrive à mon propos : que fait George Walker Bush, protestant états-unien, depuis 2000 ? Il se comporte en despote éclairé (je sais, cet adjectif accolé à son nom fait rigoler mais l’essentiel c’est que lui le pense). Que fait Lionel Jospin, d’éducation protestante, depuis 2002 ? Il nous accuse, nous vilain peuple de gauche égaré qui chez Taubira, qui chez Besancenot, qui chez Chevènement, de l’unique responsabilité de sa défaite. Imaginez l’humeur du Lionel le jour où Ségolène Royal a obtenu le soutien du Che, après avoir rallié -à reculons, mais rallié tout de même- Christiane Taubira…

Si je ne décide pas entre-temps d’élucubrer sur d’autres sujets, je vous ferai part de la suite de mes réflexions à ce sujet demain. Si c’est pas fidéliser son public ça…

RV