Il y a des spots publicitaires qui tombent assez mal. La dernière œuvre de chez Renault, par exemple. Je ne l’ai vue qu’une seule fois à la TV, il y a deux jours, et depuis nulle trace, nulle part. Disparue. On y voyait des hommes et des femmes travailler comme des fous pour se préparer à « aller sur Mars », comprenez « préparer les bonnes affaires Renault du mois de mars ». Car Mars inspire les guerriers (ahah) de l’économie, voyez-vous. Et puis, dans ce monde mondialisé où le moindre marché est un combat blablabla -cf vulgate libérale qui traîne partout, je ne vais quand même pas les relayer non plus ces idéologues du « Travaille plus, tais toi plus, grosse feignasse ! ».

Bref, revenons à nos moutons, la publicité Renault. En pleine épidémie de suicide chez le Losange, montrer ainsi des employés qui en bavent des ronds de chapeau comme c’est pas permis, côté Relations Humaines c’est moyen-moyen.

D’autant que le grand patron Carlos Ghosn, a promis de s’occuper de l’affaire personnellement. C’est-à-dire qu’il a nommé un cadre important du groupe pour trouver une solution préventive (on devrait plutôt dire « postventive »…). On imagine le brainstorming d’enfer :

Bon les gars là, y’a 3-4 types qui se sont flingués dans les ateliers de Guyancourt, faut faire un truc les gars. Notre image a pris un coup, faut remonter la pente.

Euh, Boss, si on f’sait un slogan ? Y va y avoir le mois de Mars, et ça repart ! (humour, hein, Boss !)

Ta gueule toi, t’es lourd. Bon, une autre idée ?

Et là, y’en a un qui se lève et qui dit :

On va faire une pub pour montrer que chez nous on bosse comme des malades, des filles et des gars qui suent le burnous comme pour aller en fusée sur mars, mais en fait c’est pour préparer les journées spéciales Renault du mois de mars.

Banco.

Je laisse la conclusion de ce billet à M. Ghosn lui-même : « Le management est une notion fondamentale, parce qu’elle touche à la première ressource d’une entreprise : les femmes et les hommes. Sans eux, l’entreprise n’a ni avenir ni succès possible. »

Ou dans un langage un peu traduit : il faut que les volailles soient bien traitées pour qu’elles pondent des œufs. Pas pour qu’elles soient heureuses.

(N)RV

tvscopage.1172939068.JPG