A- Lors de vos noces de chênes (80 ans de mariage), votre mari vous révèle sa liaison avec la voisine (qui vient d’avoir le bac).

-Vous la trucidez et la servez en menus morceaux façon barbecue le dimanche suivant vers 13h.

-Vous tombez amoureuse d’elle, sachant pourtant que cette relation ne peut être qu’éphémère vu vos âges respectifs.

-Vous prenez un Doliprane effervescent, ça agit plus vite.

 

B- Votre cher et tendre est très attaché au chien.

-Vous le trucidez et le servez (ah, non, je l’ai déjà faite celle-là) … Reprenons : Vous faites savoir au chien en termes bien sentis mais néanmoins acerbes que vous n’êtes pas dupe.

-Vous détachez votre mari du chien (ce qui se comprend, mais je n’ai pas à juger).

-Vous rempotez vos plantes vertes, l’air désinvolte.

 

C- L’homme que vous aimez aime les longues soirées au bistrot avec ses amis motards et ses amies stripteaseuses.

-Vous écoutez Radio-Nostalgie en l’attendant, les larmes s’écoulant sur vos joues creusées par la douleur.

– Vous écoutez Radio-Nostalgie en l’attendant l’index sur la gâchette de la Kalachnikov (que votre mari emporte toujours pour ses sauteries entre motards, mais pour une fois il l’a oubliée et ça lui servira de leçon. Never forget your Kalach, comme on dit au Kremlin).

– Vous écoutez Radio-Nostalgie en l’attendant. Voilà voilà. Tiens, Herbert Léonard …

 

D- L’homme vous adorez est très proche de tout le monde, sauf de vous.

-Vous le tancez vertement en le rattachant au chien (non, mais).

-Vous marquez une froideur polie. Ou une politesse froide, au choix.

-Vous prenez du magnésium en ampoules sécables (deux le matin, rien le soir).

 

E- Le jour de la Saint-Valentin, l’homme que vous adulez part seul en vacances à Barentsburg (Norvège : vérifiez, ça existe en vrai).

-Vous lui envoyez son chien muni d’un traîneau.

-Vous vous trucidez et vous vous servez en menus morceaux façon barbecue à la voisine le dimanche suivant vers 13 h (ça c’est très dur, mais avec un peu d’entraînement…).

-Vous mangez plein de chocolats en contemplant vos plantes vertes d’un air désinvolte pendant que le chien à vos pieds sirote un Doliprane effervescent, ça agit plus vite.

 

SOLUTION

Vous avez répondu à toutes les questions de manière franche et honnête ? Faisons le point.
Si vous êtes un homme : Non, vous n’êtes pas jalouse, à cause de l’accord des mots en genre (et en nombre aussi, mais là, ça sert à rien)

Si vous êtes une femme : M’enfin, quelle idée de répondre à ce test.

 

Si vous êtes autre chose (une langouste ou un chevreuil mélancolique) occupez-vous donc de l’écosystème au lieu de faire n’importe quoi.

Kiki

jalousie.1173539068.jpg