Dans mon jardin y’a des pinsons qui discutent entre eux. Les chardonnerets et les mésanges non plus ne se mélangent pas. Quand ils doivent cohabiter dans la mangeoire, ils pestent les uns contre les autres à coups de becs belliqueux. Tous les travaux du Docteur Schtromkte (éminent spécialiste en volatiles) tendent à prouver que les oiseaux de races différentes, entre eux, ne dialoguent pas.

Le Docteur Vinkelblüt (méconnu et c’est bien triste) déclare dans son dernier rapport sur l’être humain : « Ce sont tous des oiseaux ». Il précise que l’Homme parle volontiers tout seul et qu’il écoute plus facilement l’Autrui qui chante la même chanson que lui. Ainsi, nous nous regrouperions en aficionados de la même mélodie. Nous apprécierions nos productions sonores d’autant plus qu’elles seraient similaires.

Point de dialogue, me direz-vous, l’air tourmenté et chagrin ? Bonne intervention de votre part, que je transmets d’une voix anxieuse mais néanmoins vive au Docteur Vinkelblüt. « C’est très rare », répond cette sommité scientifique inexploitée. « Lorsque deux chants d’Humains divergent, ils s’affrontent, s’opposent, luttent, s’expriment enfin, mais de façon proprement autonome et séparée. Le dialogue suppose une addition d’idées et pas une juxtaposition. Prenez des tomates et des endives, elles sont côte à côte dans le panier à légumes, mais n’ont aucune influence les unes sur les autres. Les tomates ne blanchissent pas, et les endives jamais ne s’arrondissent. »

A ce point de la discussion et estomaquée de voir que le Docteur Vinkelblüt tournait casaque et passait des oiseaux aux légumes comme du coq à l’âne sans même avoir la décence de prévenir, je me tournai de nouveau vers le Docteur Schtromkte pour trouver une parole consolatrice et porteuse d’espoirs. Il était parti.

Dévastée mais lucide, je rapprochai ces analyses de ma (petite) connaissance des blogs. Il me semblait que certains exprimaient des penchants politiques affichés et cohabitaient silencieusement avec d’autres sur la toile sans créer d’interférence. Un peu comme des prédicateurs du Speaker’s Corner d’Hyde Park, ils montaient sur leurs chaises virtuelles pour clamer leur credo. Si des mélanges se formaient, dans les commentaires, les thèses se suivaient sans s’ajouter et quelquefois des plumes volaient.

bloggito-credo-sum-cuicui.1174753109.JPG

Alors, quoi ? (je me prenais à partie) Serions-nous condamnés à croire que nous communiquons sans le faire réellement ? Mais pourquoi donc avais-je écrit une phrase pareille ? Personne n’était présent pour m’empêcher de pondre cette question en cul de sac ? (suivie aussitôt de deux autres questions ce qui prouvait bien que la machine s’emballait)

C’est là que je me souvenais d’avoir été charmée, convaincue, transportée par certains prédicateurs. Donc, le dialogue existait. Les oiseaux pouvaient communiquer entre eux. Les travaux du Docteur Vinkelblüt n’étaient pas assez précis, ses études pas assez complètes et ses observations pas assez fines. Je le lui fis savoir. Il le prit très mal. « Mes travaux sont inattaquables », hurla-t-il. Puis il s’adoucit, avant d’ajouter :  » bien sûr, il y a toujours l’hypothèse de mutations génétiques. »

Kiki