En attendant Godot ou quelqu’un d’autre (je ne suis pas bégueule), je vaque, je vaque, je vaque tellement que le verbe vaquer prend une dimension jamais égalée à l’échelle de la planète, de la Voix Lactée et même de la Galaxie 212 (la plus jolie à cause de ses poils soyeux). Autour de moi, les proches et moins proches (plus précisément les plus ou moins éloignés, oui, j’aime l’exactitude millimétrique) ne m’appelle plus par mon petit nom. Ils disent : « Tiens, v’là la vaqueuse ! », « Alors, ça vaque ? », « Dis, la vaqueuse, t’aurais pas la monnaie sur dix euros ? », enfin, les exemples abondant à Foison et à Rocquevelle-Le-Chou, fastidieuse serait leur énumération et je déteste fastidier plus que tout autre chose*.

Donc, en vaquant, et tel le bernard l’hermite rejoignant sa coquille, c’est dans Courrier International que je me plonge (si si), avec les délices du bébé retrouvant son doudou préféré et malodorant.

Et c’est là, sur le site de CoUrRieR InTerNAtioNaL, qu’une grande lumière m’est apparue, y’avait aussi des trompettes qui sonnaient, des bergers, et l’ange Gabriel…ah, non, ça c’est une autre moment de ma vie, je vous en causerai ultérieurement. Donc sur le site de qui-vous-savez, que vois-je ?

« Plus les humains se multiplient, plus ils font subir de dommages à cette bonne vieille Terre. »

Voil’donc, ça c’est ben vré, m’écrié-je. Maizalors, que faut-il donc-qu’on fait, enchaîné-je, faisant preuve d’un esprit d’à propos tout à mon honneur et étonnant à cette période de l’année ?

Je lisais donc la suite de cet article prometteur avec Appétit (puisque Godot n’était toujours pas là, quel lambin). Appétit me mit la main sur l’épaule. Outragée, je le repoussais violemment, Laisse-moi lire, je te hais ! criais-je, il se mit à sangloter à gros bouillons, oui, bon, c’est trop long à expliquer, lui et moi, enfin, j’enchaîne. La suite :

« Pour y remédier, un mouvement écologiste radical propose purement et simplement que l’humanité cesse de se reproduire ».

Mais comment n’y avais-je donc pas plus tôt pensé avant en premier ?!?!

Et cette solution *MI*RA*CU*LEU*SE* n’est-elle pas applicable à nos pauvres petits quotidiens tout rabougris ? Oui, bon, je m’excuse, je parle pour moi : applicable à mon pauvre petit quotidien tout rabougri ?

Faire le ménage ? Un incendie bien placé réduirait si facilement cette activité à sa plus simple expression.

Préparer le repas ? L’inanition suivie de la mort évite souvent de se poser des questions stériles devant le frigo.

Travailler (plus) pour gagner de l’argent (plus) ? Cette course au gain est naturellement stoppée par la peste bubonique ou toute autre maladie efficacement éradicatrice.

OUI. Le nettoyage par le vide, la solution ultime, nous l’avons.

Alors ? Allons-nous être assez courageux pour l’appliquer ? Mourrons-nous tous unis pour SAUVER LA PLANèTE ?

Programme du « Voluntary Human Extinction MovemenT » en image :birth-contol.1177402417.jpg

Résultats probables du programme du « Voluntary Human Extinction MovemenT » en image :

perth-vide.1177402658.JPG

Ça donne envie, non ?

Allez-y d’abord, moi, j’attends quelqu’un.

Kiki

*euh, non, en ce moment, y’a un truc que je déteste plus que « fastidier », c’est « le monde selon Cozykosarlasni », c’est terrible, j’arrive même plus à écrire les lettres de son nom dans l’ordre et la médecine est impuissante à soigner mon cas, méphistomerdum.