Admettons que je crois en la réincarnation.
Admettons.

Admettons que j’ai vécu aux côtés de Paco Rabane à Rome en l’an 320 après JC. Nous devisions près de la Basilique de Maxentius. Il me lança un chewing-gum à la fraise bien emballé, je le manquai (de peu), le cherchai (en vain) et ne le retrouvai jamais.

basilica_maxentius.1181648190.jpg

Outre que cette anecdote donna à Shakespiere l’inspiration qui lui manquait pour créer le Roi Lear (qu’il nomma, initialement, le Roi Hollywo*d Chewin-g*m à la fraise, un titre pourri comme on le remarque, il s’est beaucoup amélioré par la suite), elle a son importance aujourd’hui. En effet, rien n’est perdu.
Je vais (enfin) retrouver mon chewin-gum manquant, ce Rosebud, ce souvenir du passé cher à mon coeur.
Comment-t-est-ce-possible ?

Les pouvoirs de mon esprit sur la matière sont sans limite. Je me concentre…et hop !

Je fais réapparaître, renaître, reborn again en quelque sorte la ville de Rome de l’an 320 après JC.

Enfin, « je », c’est exagéré. C’est pas moi, c’est des gens.

Le projet « Rome Reborn » (Rome ressuscitée), estimé à deux millions de dollars (1.5 millions d’euros), a été mis sur pied il y a 10 ans par un consortium d’archéologues, d’architectes et d’informaticiens des universités américaines de Virginie et de Los Angeles et par des instituts de recherche italiens, allemands et britanniques.

Bon, c’est un peu moi quand même, un bout de mon chewin gum qui doit être visible quelque part, vu que les visiteurs peuvent désormais parcourir l’ancienne capitale de l’Empire romain telle qu’elle était au sommet de sa puissance.

Allez donc zieuter là , et cliquez sur Gallery puis Videoclip. On voit l’empreinte de mes sandales sur le sol (j’avais marché dans un truc du pied gauche, enfin bref). Et ça fait plaisir de retrouver les décors d’autrefois…

Je vais écrire un petit mot au consortium d’archéologues, d’architectes et d’informaticiens des universités américaines de Virginie et de Los Angeles aux instituts de recherche italiens, allemands et britanniques, pour leur demander d’autres voyages vers mon (lointain) passé.

Parce qu’avec Paco , on est allé partout !

Au Pérou, on a fait une belotte devant le Temple des Trois Fenêtres. Au lieu de dire « 10 de der » on criait « Machu Pichu ! ». On a perdu le 10 de carreaux et c’était plus dur pour jouer…

machu-pichu-temple-des-3.1181648134.jpg

Plus tard, on avait loué une chambre dans un petit hôtel versaillais, mais pas longtemps à cause de la population qui réclamait du pain derrière les grilles. Il parait que les proprios l’ont mal vécu. Nous, on est parti très vite et j’ai oublié l’appareil photo dans le tiroir d’une commode…

versailles.1181648558.jpg

Et à Londres, en 1702, qu’est-ce qu’on a rigolé avec Elroy à cause des taches de pudding sur son costume ! C’est là que j’ai perdu ma montre Sw*tch waterproof.

beefeater.1181648406.jpg

Et la roulotte ! J’adore me promener en roulotte vers l’Ouest. Paco, lui, est plus casanier. Il ronchonnait sous son Stetson. J’ai laissé tomber ma carte bleue dans les hautes herbes…

conquete-de-louest.1181648956.jpg

Enfin, j’ai hâte que le consortium m’aide à retrouver mes affaires.

Evidement, tout ça, c’est si on admet la réincarnation, forcément…

Kiki.