Moi, j’aime bien les reportages et les billets qui parlent du fonctionnement du cerveau. A ce propos, chez Kiki rososo tralarguilololo (oui, j’ai un mal de chien à mémoriser ce nom) c’est qu’est-c’qui s’raconte (des histoires de neurones).

Mais attention. Ma compréhension de tous ces mécanismes subtils se borne aux choses simples. Par exemple, l’utilisation des mots « nouilles » et « crevettes » m’est parfaitement intelligible (utile dans la vie de tous les jours, surtout le mot nouille) et m’épaule beaucoup dans la compréhension de ces articles.

Prenez la peur (avec des toasts ?).
Elle se situe dans deux régions très précises de nos deux hémisphères de tête, nommées « cacahuètes » (je ne suis pas sûre du terme, mais ça m’arrange, « cacahuète » aussi rentre dans mon large champ lexical).

Fabriquez une molécule chimique qui bloque les accès (neurones, synapses, rocades, escalators, couloirs et vestibules) vers ces cacahuètes et boum : finie la peur.

Utilisez cette molécule pour soigner les traumatisés de la vie et vous serez sanctifiés.

Utilisez cette molécule pour envoyer, joyeux et insouciants, les soldats trancher l’ennemi façon mortadelle et vous serez le Maître du Monde (HA HA HA Ha ha ha ha ha ← rire machiavélique et/ou démoniaque).

Imaginez-vous un monde sans peur ?

Moi, oui.

Ce serait Magnifique et Terrible !

niagara.1182944247.jpg

parachute.1182944219.jpg

tigre.1182944193.jpg

speleologie.1182944233.JPG

fusee.1182944204.jpg

En même temps, et comme l’a dit très justement la soeur du père de la voisine de ma tante à son coiffeur y’a pas deux minutes : « La peur n’évite pas le danger. »

Mais que dire de la peur lorsque le danger est illusoire ?

Inventez une molécule sélective, qui nous libère des peurs inutiles et sans fondements, voilà l’idée. Plus peur de changer de vie, même plus peur de partir vivre à San Luis Potosi ni de dire à Josette que ses repas pourris du dimanche, ben on ira plus, et à Noël pareil. Une molécule qui désinhibe, quoi.

On m’informe que ça existe déjà. Ça s’appelle la Tequila . C’est mexicain. Ils en vendent à San Luis Potosi. Mais, d’abors, faut y’aller…Hou, le vieux cercle vicieux.

Kiki

PS : Ainsi va la semaine a été mis à jour tout à l’heure, tout de suite, là, maintenant, mais kèst’attends vazy Tudju !!.