Par Kiki et RV

« Brice Hortefeux a convoqué ce mercredi « une vingtaine de préfets » qui n’ont pas atteint leurs objectifs en terme d’expulsions de sans-papiers pour une « réunion de travail et de mobilisation » »

« Quota d’expulsions fixé par le président de la République pour 2007 (25.000 en métropole) »

« A un peu plus de la moitié de l’année, on est, en tendance, légèrement en-dessous de l’objectif » fixé pour l’année, avait déclaré M. Hortefeux, en exhortant la police française à « redoubler d’efforts pour les interpellations d’étrangers en situation irrégulière ».(AFP)

Des chiffres. Des quotas.

Derrière ? Des gens.

Et d’autres gens, qui témoignent, comme Karl Laske , journaliste à Libération (que Flo Py met en lien sur son billet Des préfets convoqués pour insuffisance d’expulsions)

Elisabeth, 31 ans, est sous le coup d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF). Elle vit en France depuis 2002 avec Viriato, son compagnon capverdien qui a des papiers. Bradley, leur jeune fils de quatre ans, est autiste. « On veut renvoyer la mère dans son pays, et tout en lui disant qu’elle est libre d’emmener son enfant ; ou libre de le laisser avec son père, résume Nicole Jami, son avocate. En réalité, dans les deux cas, la santé de l’enfant est en jeu ». Si l’enfant part, il ne bénéficiera pas de structure de soins pour autistes. S’il reste, les médecins pronostiquent les conséquences lourdes de l’absence de sa mère.

Elizabeth est originaire du Cap Vert.

Le médecin chef de la Préfecture de Police a coché des cases :

« L’état de santé de l’enfant nécessite une prise en charge médicale. Une croix.

Le défaut de prise en charge ne devrait pas entraîner de conséquences d’une exceptionelle gravité. Une croix. Un enfant autiste, sans suivi en psychomotricité, psychiatrie, orthophonie, c’est grave ? Oh, pas tant que ça.

L’enfant peut effectivement bénéficier d’un traitement aproprié dans son pays d’origine. Une croix. Le Cap Vert est réputé pour ses centres d’accueil pour autistes, c’est même la spécialité du pays.

Les soins nécessités par son état de santé présentent un caractère à longue durée. Une croix.

La présence de sa mère n’est pas indispensable. Une croix. Il est autiste, il a quatre ans. Quatre ans. Les enfants de quatre ans en souffrance ont-il besoin d’une mère de façon indispensable ? Bof, peut-être pas…

Observations complémentaires : Séjour Injustifié. « 

Lisez la suite sur son blog. C’est édifiant.

Elizabeth et Bradley, son petit garçon, ne sont pas les seuls. Il y en d’autres, beaucoup d’autres, il en faut. Il en faut 25 000 ?

Oui. Il faudra en expulser 25 000. C’est le quota. Il y aura d’autres cas particuliers, d’autres avis de médecin chef de Préfecture de Police avec d’autres croix. Tous ces braves gens agiront en mon nom, en votre nom, au nom du bon peuple de France, Le Siècles des Lumières, Les Droits de l’Homme, La Liberté, l’Egalité, la Fraternité, 1789, Paris, La Tour Eiffel, les parfums, les bateaux-mouches, la baguette, le camembert et le french kiss si romantique.

Je me souviens, je me rappelle de mots, où sont-ils donc ?

“Le peuple français a choisi le changement. Je ferai ce changement dans un esprit d’union et de fraternité (…) sans que personne n’ait le sentiment d’être exclu, d’être laissé pour compte. Que chacun puisse trouver sa place dans notre République. Tous ceux que la vie a brisés, ceux que la vie a usés doivent savoir qu’ils ne seront pas abandonnés. Ceux qui ont le sentiment que quoi qu’ils fassent ils ne pourront pas s’en sortir doivent être sûrs qu’ils ne seront pas laissés de côté et qu’ils auront les mêmes chances que les autres” (Nicolas Sarkozy)

« Toute ma vie, j’ai aidé les gens qui souffrent: je ne vais pas changer aujourd’hui » (Cécilia Sarkozy)

D’autres mots me viennent à l’esprit.

Ils ne rapportent rien au Scrabble : Honte, Peine, Chagrin, Colère.

Kiki

Un petit PS sur le cas de la famille Bradley, l’enfant cap-verdien :

Le Cap-Vert, petit archipel au large du Sénégal, est une ancienne possession portugaise. Il est classé 106e sur 177 par les Nations-Unies en ce qui concerne le développement. Le PIB par habitant y est de 5700 $ par an, soit l’équivalent de la République dominicaine. Les dépenses de santé annuelles y sont de 185 $ par habitant, contre 2900 en France. 57 % de la population n’a pas accès à des soins suffisants. Ces renseignements sont tirés du plus récent rapport de l’ONU (2006) sur le développement humain, téléchargeable (en anglais) ici .

RV