octobre 2007


Par RV

Au-delà du symbole fort désagréable pour la population modeste (voire infra-modeste) que représente l’annonce de l’augmentation de 140 % du salaire du Président (au fait personne n’a songé à aligner les salaires 1er ministre-Président dans l’autre sens ?..), je me pose des questions sur la facture qui sera présentée pour le voyage en Corse du gouvernement au complet.

carte-france-symboles.1193772603.jpg

Hôtels, frais de bouche, de déplacement, de protection et, comme disent les plus de 70 ans, « faux-frais », le total représentera bien l’équivalent de quelque projet d’investissement en région…

Si vous avez des précisions sur l’intendance, n’hésitez pas à nous en faire part !

RV

Publicité

Par RV (le retour)

J’ai compris ! Le truc du mot décomplexé, là, la droite décomplexée, on croyait que ça voulait dire « sans retenue », « pleine d’initiative », la fameuse « libération des énergies ».

Ben non. Que nenni, ça veut pas dire ça. Ça veut dire « imbuvable », « impoli », « puant », « mal élevé », « goujat », et j’en passe.

Décomplexé, Devedjian. « Salope ».

devedjian.1193646230.jpg

Décomplexé, l’ambassadeur de France au Tchad Bruno Foucher répondant à la question candide d’une journaliste « Donc les ressortissants français de l’Arche de Zoé ne bénéficieront pas de la protection diplomatique ? », le diplomate rétorque « Elle veut rien dire votre question ! ». Il venait quand même de flinguer à vue l’association, dont personnellement je ne sais rien et qui est peut être un ramassis de salopards et/ou d’andouilles, mais bon, le type du Medef détournant trouze millions d’€uros bénéficie de la présomption d’innocence, je pensais qu’icelle association aurait les mêmes droits…

Décomplexé, notre président, si à l’aise avec les gens fortunés, les prolos, les badauds des bords de jogging et les medias. Invité de 60 minutes , le surpuissant 7 sur 7 de CBS, Sarkozy balance « Imbécile » en réponse à une question sur son divorce, et se barre, plantant là une journaliste incrédule.

On avait été prévenu avant le 2e tour. C’était par un certain Azouz Begag , sociologue et écrivain égaré en politique. Il racontait comment Sarkozy, alors seulement Ministre de l’Intérieur, l’avait, par téléphone, couvert d’insultes et de menaces pour l’avoir critiqué sur l’utilisation du mot racaille. Critiqué, pas insulté ni sali. Le même Azouz Begag racontait, avec douleur, comment Brice Hortefeux, alors Ministre délégué aux collectivités territoriales, lui disait comme aux plus belles années de la colonisation « Fissa, fissa ». Dégage de là, l’Arabe !

Alors si vous n’avez pas d’idée pour Noël, offrez des dictionnaires à votre entourage. Du genre de celui-là.

livre-sarko.1193645733.jpg

On sait jamais ça vous aidera peut-être à piger mieux que moi.

RV

par Kiki

Il était une fois Tomi Ungerer. Enfin non, plus d’une fois.

Il était 5 fois Tomi Ungerer, affichiste, auteur illustrateur, inventeur d’objets, collectionneur, dessinateur publicitaire…

…et 4 fois de plus, puisque botaniste, minéralogiste, charpentier, fermier selon le moment…

…et je relance de 8000 dessins offerts au Musée de Strasbourg.

Allez, tapis : 30 à 40 000 dessins en tout.

Il était 40 000 fois Tomi Ungerer.

Approchez, approchez, bonnes gens, y’en aura pour tout le monde.

Pour les petits :

trois_brigands_m.1193517939.jpg le_geant_de_zeralda_m.1193517929.jpg otto_m.1193517916.jpg jean_de_la_lune_m.1193517904.jpg

pour les rêveurs :

08.1193517894.jpg 05.1193517885.jpg

04.1193517877.jpg 02.1193517868.jpg

et pour les grands :

031.1193518243.jpg

003.1193518381.jpg

et même pour ceux qui n’aiment pas la guerre (celle du Viet Nam par exemple):

affiche.1193518236.jpg

L’homme n’a pas son crayon dans sa poche.

Courrez-y vite, courrez-y vite voir !

En prime, veuillez recevoir (avec mes plus sincères salutations) l’expression de ma cordiale sympathie, ainsi que deux anecdotes utilisables de suite ou à raconter aux auto-stoppeurs que vous rammasserez en chemin, entre chez vous et le Musée Ungerer :

1- « Au début de cette année, l’artiste, qui vit en Irlande, avait prévu d’ériger un bâtiment en forme de postérieur humain pour abriter des toilettes publiques dans la ville de Plochingen, près de Stuttgart, au sud-ouest de l’Allemagne, ce qui en aurait fait « le plus grand derrière du monde », fait-il remarquer. Mais des protestations véhémentes de la communauté musulmane puis chrétienne l’ont obligé à revoir ses plans. »

2- « Si le prix Hans Christian Andersen, la plus haute distinction du livre pour la jeunesse, lui fut décerné en 1998, il avait reçu en 1973, le Prix du Plus Mauvais Livre pour enfants décerné dans l’Amérique du « politiquement correct « , pour « Pas de baiser pour maman » ( parce que le chat lisait dans les WC)… »

Tiens, rien que pour ça, je vais me l’acheter celui-là :

couv_722.1193518936.jpg

Si Strasbourg est trop loin de chez vous, vous pouvez cliquer là, ou là, ou encore , ou ici (ou alors, vous pouvez aussi déménager, c’est comme vous le sentez, c’est personnel comme décision, c’est vous qui voyez, moi, hein, faut voir cette histoire d’impôts locaux et si y’a une boulangerie pas loin, et est-ce que c’est pas trop bruyant l’aéroport et la fabrique de confetti, en même temps, orienté au sud, ça peut compenser…enfin ce que j’en dis…).

Kiki

par Kiki

Enfin une arme pour museler les bruits des locataires du troisième qui font rien qu’à écouter à fond Starsky et Hutch et qui montent le son au moment des poursuites en voitures toutes sirènes hurlantes (ça le fait aussi avec Rick Hunter, mais pas avec Derrick, allez savoir pourquoi) :

« Enfin une arme de choc contre le bruit de voisinage :

Vous aimez faire la fête, mais vos voisins n’aiment pas le bruit ? Gare aux coupures de courant ! La société immobilière municipale d’Örebro, en Suède, a doté ses appartements d’un appareil qui coupe automatiquement l’électricité chez les locataires indélicats dès que les décibels dépassent un certain seuil. Ce dispositif, baptisé ljudvakten (veille antibruit), devrait permettre de réduire le nombre de litiges dus aux nuisances sonores, écrit Aftonbladet. Le système inventé par Jonas Tannerstad, responsable technique d’ÖrebroBostäder AB, peut faire disjoncter plusieurs pièces ou intervenir sur des prises de courant spécifiques, comme celles de la télévision ou de la chaîne hi-fi.
“C’est un bon moyen de sensibiliser nos locataires. Certains n’ont pas conscience de gêner le voisinage”, explique Harriett Arnold, directrice de la communication d’ÖrebroBostäder AB. “Les seuils ne sont pas fixes. Si l’appartement est mal isolé, l’appareil risque de réagir à un niveau de décibels inférieur”, précise-t-elle. Le système, réglé au cas par cas, n’est installé qu’après autorisation préalable des locataires. Son coût n’est que de 100 euros. “C’est une solution économique, surtout si l’on pense que le déplacement du service des nuisances est facturé 90 euros”, se félicite Mme Arnold, dont la société reçoit chaque année près d’un millier de plaintes pour nuisances sonores. »
(Courrier International)

Bon, il faut aller en Suède, mais ça ne devrait pas me perturber outre mesure puisque les habitants de Suède sont les suédois et que la langue officielle de ce pays est le suédois (ça a l’air ballot mais je me repère tout de suite, moi, alors que dans les îles Canaries les habitants ne sont pas jaunes à plumes et dans des cages, et qu’au Panama certains n’hésitent pas à se couvrir ouvertement la tête d’un canotier, non mais, j’te jure).

Je propose aujourd’hui d’autres armes pour lutter efficacement contre les voisins agressifs (mais n’oubliez jamais que j’ai peu d’imagination et des moyens techniques limités -en plus d’une petite faim là tout de suite-):

Pourquoi pas une Arme A.C.A. (anti chien aboyeur) ?

chien-carton.1193385798.jpg

Ou une Arme A.F.D.V.P.E.H.P.D.J. (anti feu de vieux pneus et herbes puantes du jardin)?

feu-jardin.1193385818.jpg

Et une Arme A.K.D.V.Q.D.A.R.A.S.F.V. 6H.30.L.M. (anti klaxon du voisin qui dit au revoir à sa femme vers 6h30 le matin) ?

voiture-carton.1193385849.jpg

(ces trois projets montrent des points communs quant à l’utilisation d’un matériel précis et disponible chez moi, ça n’est pas fortuit, sachez que je garde le scotch, les fourchettes et les hallebardes pour des prototypes ultérieurs autrement redoutables)

J’ai une révélation !

Non deux !

1 : En ce qui concerne le dessin, la perspective n’est pas mon amie.

2 : En ce qui concerne le concept, Christo n’est-il pas devenu un artiste emballeur en réponse à des nuisances sonores et/ou visuelles insoutenables ?

christo-wrapped-automobile.1193386269.jpg

Christo, Wrapped Automobile, Project for Volvo 122 S Sport Sedan, 1984

Kiki

PS : Si Madame Je hais mes voisins part en Suède donc, il ne faudra pas s’étonner. Si elle collecte des cartons non plus. Si elle devient artiste emballeuse à Stockholm, ce ne sera que justice.

PS ‘: Vous dites ?…Le carton, de nature inflammable, laisse passer les bruits ? Vous avez des preuves de ce que vous avancez ou c’est juste pour m’être désagréable ?

par Kiki

Faites comme Gianni. Ou Maurizio. Ou Enzo. Ou Fabrizio. Ou Francesco. Ou Adriano (oui, bon, je ne connais pas son prénom. Mais la méconnaisance ne m’a jamais empêché de parler, ça non).

Bref, faites comme lui. Une pelle, une pioche, un petit balai, des sacs, est-ce que je sais, moi, en gros le matériel dont on a besoin pour trouver 12.000 objets archéologiques.

Creusez, cherchez, fouillez, et peut-être qu’au bout du compte 3.600 d’Histoire décoreront votre salon : « des peignes de l’âge de bronze, des bijoux, des armes et des fragments de poterie d’époques diverses ».

Pleine d’énergie et remontant mes manches, je partais retourner les mottes de terre autour de mon habitat, espérant trouver :

vase.1193242942.jpg

(un ou deux)

aussi :

peigneenargent.1193242975.jpg

(ça doit coûter bonbon)

peut-être :

arme-ancienne.1193242998.jpg

(mais pas chargée, hein)

et pourquoi pas :

pierres-precieuses.1193243040.jpg

(vert c’est ma couleur)

Hélas, hélas, trois fois hélas.

Je ne trouvais que :

balles.1193243100.jpget hazltere.1193243111.jpg

suivi de très près de plusieurs os-buffle.1193243123.jpg .

C’est que, chez moi, c’est loin de la Vénétie, faut croire. En plus, on était mercredi.

Kiki

Kiki

Comment était James Watson en 1962 ?

Sûrement très fier, et bien peigné, puisque recevant un Prix Nobel de Médecine, décerné par le Karolinska Institut, pour ses travaux sur l’ADN… Mais, à part ça ?

Si seuls ses proches peuvent répondre à cette question pointue, nous pouvons peut-être, nous, communs des mortels, répondre à un « Comment est James Watson dorénavant maintenant de nos jours en 2007 ? »

Il est âgé de 79 ans, c’est un fait.

Il est aussi un convive terriblement désagréable pour les repas festifs et les longues discussions au coin du feu.

Capable d’émettre à propos des africains : « Notre politique sociale se fonde sur le fait que leur intelligence est la même que la nôtre, alors que toutes les recherches disent que ce n’est pas vraiment le cas » !

Bien que souhaitant que tous les hommes soient égaux, il constatera que « les gens qui ont affaire à des employés noirs trouvent que ce n’est pas vrai« .

Puis, pendant que vous tousserez de façon fort civile à seule fin de vous empêcher de le mordre, il déclarera que « les femmes devraient avoir le droit d’avorter si des tests pouvaient déterminer que l’enfant à naître portait les gènes de l’homosexualité« .

Au moment où vous chercherez dans quel tiroir se trouve le couteau électrique, il laissera entendre que couleur de peau et pulsions sexuelles sont liés, ce qui expliquerait pourquoi les Noirs ont une libido plus développée que les autres.

Quand vous essaierez désespérément de joindre vos voisins par téléphone pour qu’ils mettent le feu à vos poubelles afin de créer une saine diversion, il estimera qu’on pourrait un jour modifier la génétique pour créer des gens plus beaux. « Les gens disent que ce serait horrible si on pouvait faire en sorte que toutes les filles soient jolies. Moi je trouve que ce serait super« .

foule.1193061081.jpg

(étonnez-vous après de l’aversion que je porte aux repas festifs et aux longues discussions au coin du feu)

Je suis pour l’instauration d’un Prix Nobel à points. Une remarque raciste et/ou sexiste et/ou homophobe et/ou débile et on vous enlève 12 points à votre permis Nobel (qui n’en comporte que 2, ainsi les choses sont claires).

Je me demande si les membres du Karolinska Institut de 1962 se sont réunis récemment (pour pleurer ?)…

Kiki

par Kiki

Quand je n’écris pas ce blog, quand je ne visite pas les autres blogs, je lis.

Car je le confesse, je suis un pur esprit, ce qui a l’avantage de me délester de la corvée de la lessive à 40° et autres fredaines que certains êtres de chair pratiquent avec Abnégation, Courage ou Mauricette selon le cas.

Hier, j’ai tourné la dernière page de Mr Vertigo de Paul Auster (avant j’avais tourné les pages précédentes, j’ai beau être volatile, la logique me rattrape toujours).

C’est une drôle d’expérience que j’aimerais partager avec les Vertigués et les nons-Vertigués alentour. D’où l’apparition de ce billet devant vos yeux sidérés, si, si, je vois bien que vous êtes sidérés, allons, allons, pas d’inquiétude, je n’en ai pas pour longtemps, vous pourrez vous désidérer dans trois minutes.

Ça commence comme du Dickens ou du Steinbeck, c’est selon, avec une pincée de Mark Twain pour le goût. Ça passe par l’Amérique en crise des années 20, le Jazz, le Base-ball, les gangsters, le Klu Klux Klan, les voitures déglinguées, les routes interminables et les coups de feu. Ça raconte la vie, la quête, l’accomplissement, la mort accidentelle ou violente, le suicide, la survie, la séparation, la faute, la vengeance et l’amour.

Vaste programme comme dirait l’Autre.

Et je réponds à l’Autre : « Oui, une grande entreprise, au prix de 5.49€ en format livre de poche ».

mr-vertigo.1192871397.jpg

On peut voir Mr Vertigo comme une parabole, une fable, une métaphore qui nous dit que nous sommes tous capables de nous élever au-dessus de nos possibilités, mais que c’est dangereux, une affaire de choix en quelque sorte, avec de multiples chemins à prendre pour y parvenir ou y renoncer.

Le narrateur nous raconte sa vie, celle de Walt le Prodige, qui savait voler.

Et pas voler comme Arsène Lupin en laissant sa carte de visite pour draguer les gonzesses, non, voler comme les oiseaux cui-cui.

Ce qui m’a sidéré (oui, moi aussi, vous avez vu mes yeux écarquillés ?) c’est bien cette maestria de Paul Auster. Quelle incroyable arrogance de lancer ce postulat : son héros peut, va, s’est élevé au-dessus du sol, au mépris de toute logique humaine.

Et quelle superbe, car ce héros qui peut, qui va, qui s’est élevé au-dessus du sol, je crois en lui. Je suis persuadée qu’il l’a fait, non, là-dessus aucun doute, cette autobiographie fictive est réelle. Superbe arrogance.

Tiens, je mets ça en titre, comme ça j’ai l’air organisée.

Il y a aussi dans ce livre une part de pudeur complexe, des marques d’affections qui n’en sont pas, de la rudesse qui cache la compassion, des émotions brutales, toute une palette de sentiments retors qui transpercent les personnages en un flux vital inévitable. Purée, cette phrase est vachement chiadée. Paul Auster me fait un effet bœuf. Je me fais peur.

Hier, (coïncidence ?) j’ai vu des photos de Diane Arbus. Je crois qu’elle aurait tout à fait pu photographier les personnages de Mr Vertigo :

jeune-garcon.1192872454.jpg

femme-agee.1192872432.jpg

danseur.1192872442.jpg

Comme quoi des fois, on peut lancer des ficelles entre les choses pour les relier entre elles. L’idée c’est de ne pas faire trop de noeuds pour ne pas avoir l’air tache.

Sinon, « Dans le scriptorium » du même Paul Auster me conforte dans l’idée que ce bonhomme maîtrise parfaitement son art et n’hésite pas à s’interroger sur la société, ses dérives, la place de l’homme au milieu et les ressors de l’écriture (un peu comme Pollux dans le Manège Enchanté mais vachement plus intellectualisé donc pas pareil).

Bon, j’attends le prochain Paul Auster…

Ayé ? Pas encore ?…

C’est long. Même pour un pur esprit comme moi.

Comment ça, je ne suis pas un pur esprit et vous ne me croyez pas une minute ? Et si je vous dis que je sais voler, non plus ?

Ah, votre incrédulité est vexante.

En tout cas, je sais faire les lessives à 40° avec une dextérité peu commune (Essorage d’Or à Melbourne en 1956).

Alors, hein, un peu de respect, jeunes gens.

Un autographe ?

 

Kiki

par Kiki

J’aime la Mythologie.

En particulier parce que la Mythologie est la chose la plus mythologique qui soit. Si si.

Souvenons-nous. C’était avant-hier que le musculeux Hercule grimé en Monsieur Propre détourna deux fleuves, le Styx et le Rmonck, nan, les fleuves Alphée et Pénée, pour que leurs eaux tourbillonnantes lessivassionâssent le crottin de cheval accumulé qui macérait dans les écuries susnommées depuis Belle Lurette (ayons tous à l’esprit que Belle Lurette n’est plus toute neuve, qu’elle était vieille avant la naissance d’Hérode, lequel Hérode jouait au ballon avec les dinosaures de la grotte des voisins quand l’Homme n’était même pas inventé, bref, c’est de l’ancien avec un grand an).

Hercule plongea ses mains dans la boue des fleuves pour l’extraire, s’en servir en construisant des digues, détourner leurs cours et ainsi se débarrasser de la boue des écuries d’Augias. Et zou.

Il réussissât.

hercule-fleuve.1192736776.jpg

Plus près de nous, donc hier, et dans la tête d’Agatha Christie, Hercule Poirot construisit lui-même un vrai-faux scandale médiatique pour réduire de vraies révélations à la taille de crottins, non de potins.

Hercule Poirot plongea ses mains dans la boue des scandales, les utilisa pour construire un mensonge et se débarrasser de la merd*sse d’une vérité gênante. Hop.

Plus près de nous, c’est-à-dire aujourd’hui, les feux de la rampe sont résolument pointés vers la séparation du couple présidentiel français. Oui, oui (ne faites pas comme si vous n’étiez pas z’au courant).

Donc, pas de mains plongées dans la boue pour nettoyer la boue détournée… Ben non. Aucun rapport. C’est décevant hein ? On s’attend à un billet construit, à une progression dans le développement argumentaire et rien. Les auteurs de ce blog sont des tanches. Surtout moi. Si.

C’est bien triste, oui, mais j’ai beau chercher, cette parole élyséene du jour n’a rien à voir avec une utilisation consciente d’une nouvelle pour en éclipser une autre. Quiconque l’imaginerait serait d’une mauvaise foi sans limite, une mauvaise foi si grande qu’elle nous convaincrait que Belle Lurette gazouille encore avec ses cubes à la halte-garderie du quartier.

Non, j’en suis sûre, rien de prémédité : j’argumenterai mon propos en deux points (et pour le rendre plus crédible, le point 1 sera numéroté avec le chiffre 1 et apparaîtra en premier, si c’est pas du travail sérieux, ça…)

1. La séparation des Sarkozy date effectivement de ce jour, ce 18 octobre 2007, vers 9h12. Ou 9h16 (les témoins n’avaient pas totalement synchronisé leurs montres, c’est pourquoi ils n’apparaissent jamais dans les épisodes de Mission Impossible).

Et je le prouve : le couple va bien le 25 avril 2007, tout est normal le 3 octobre 2007, rien de spécial le 8 octobre 2007, ni le 11 octobre 2007, ni le 12 octobre 2007 et encore moins le 15 octobre 2007.

2. Et aujourd’hui, en ce 18 octobre 2007, que se passe-t-il ?

Rien.

Et je le prouve : rien, non, vraiment rien, pas plus que ça , que dalle, niet, rien de rien, naoooooon, je ne regrrrette rrrrien

Donc pas d’histoire de mains plongées dans la boue médiatique pour recouvrir un crottin politique potentielle. Quand je pense que j’ai appelé ce billet « Les écuries d’Augias » !!! Mais à quoi donc pensé-je ? J’aurais dû mettre « L’exorciste » ou « La vengeance de la créature du Lac Noir » comme titre.

Et l’Homme sans présent n’étant qu’une particule du néant avec des jambes, il fallait bien que quelqu’un meublât cette fade et anodine journée du 18 octobre 2007 avec quelque chose.

L’Elysée veillât et meublât, alors remerçionlât.

mr-propre-elysee.1192735896.jpg
Dormez tranquilles, braves gens.

Kiki

PS : on me dit dans l’oreillette que le divorce a été signé aujourd’hui. C’est une bonne nouvelle pour tous ceux qui veulent refaire leur vie, de savoir qu’en 2007 on peut divorcer en 12 jours chrono… Ah, non, je corrige, la durée de la procédure est de 4 à 12 mois. Bé, j’avais presque bon, j’avais le numéro 12 ! Hé, 12, comme dans les douze travaux d’Hercule ! C’est quand même bien foutu les numéros…

par Kiki

Ami, si tu prends la route 40

route-40.1192624412.jpg

fais bien attention aux passages cloutés (comment ça, y’en n’a pas ? Ils sont fous ces patagoniens !)

Prends une petite laine (et un pot de Vicks Vaporub au cas où).

glacier-perito-moreno.1192624654.jpg

et surveille la faune locale dans tes déplacements.

panthera_onca.1192624777.jpg

(Raminagrobis ronge parfois les leviers de vitesse)

Ne prête pas attention aux hurlements du singe alouate caraya o catarineta bella tchi tchi (de toute façon, il a toujours été complètement caractériel)

alouatta-caraya_ppia-m01b.1192625155.jpg

et regarde bien où tu poses les pieds, ami.

Car du haut de ces paysages, c’est bien plusieurs milliouzards d’années qui te contemplent.

Et la bonne nouvelle, c’est qu’on a enfin retrouvé le corps du dinosaure inconnu.

Enfin, presque. A 70 %, on va dire.

Le dinosaure inconnu était un brave Lognkosauria, pas plus bête qu’un autre, mais de santé précaire.

Lorsqu’il entreprit son dernier grand voyage pour l’au-delà, un Megaraptor local le dépeça, aidé en cela par deux ou trois collaborateurs crocodilomorphes (on attend le rapport de police, qui s’est, parait-il, « perdu », je ne ferai aucun commentaire…).

wanted.1192626216.jpg

C’était il y a en gros 88 millions d’années (le premier qui dit que j’ai assisté à l’incident est bien inconséquent, il joue avec sa destinée, j’ai quelques poupées vaudoues dans la boîte à gant de mon fourgon et je n’hésiterai pas à m’en servir)

Alors moi, je suis, comme toujours, épatationnée.

D’abord, un dinosaure inconnu ?!?!

Wouaaaaah, est ma réaction.

Ensuite, c’est ma main qui se lève en signe de top respect pour le travail des fossilivores, non, des archétypes, enfin, des paléontologues. Puis, viennent les interrogations conceptuelles :

Mais comment font-ils ?

(j’ai mis « interrogations » au pluriel par mégarde, je vais donc placer ici plusieurs interrogations pour l’utilité de l’accord en nombre, sinon ça me chiffonne). Oui, comment ? Hein ? C’est fou, non ? Hein ? Comment ? T’as vu l’heure ?!? Quoi ? (on me dit dans l’oreillette qu’il faut que je me calme)

D’abord, comment font-ils pour le reconnaître ? (le dinosaure inconnu)

Ensuite, comment font-ils pour savoir à quoi il ressemblait ?

Il y a un squelette, très bien, mais la Nature ne pouvait-elle pas broder autour ? Tiens, même moi je peux broder autour, alors…

argentinosaurus2.1192627992.jpg

argentinosaurus-2.1192628079.jpg

argentinosaurus3.1192628002.jpg

argentinosaurus4.1192628013.jpg

argentinosaurus5.1192628024.jpg

Tu constateras aisément, ami, que c’est une chance pour le Monde et le reste de l’Univers que je ne sois pas paléontologue.

Bonne journée à toi, ami, et passe-moi un coup de fil à l’occasion, quand tu seras sur la route 40…

Kiki

PS 1, les photos de Patagonie sont visibles , et celles de la faune argentine proviennent d’un article au titre percutant : « Les quatre filles du Docteur March ». Ah non, pardon, c’est une erreur, c’était bien : « La faune argentine ». Désolée.

Ajout d’un PS 2 : C’est moi ou c’est vraiment dégueulasse ?

….

ça aussi , non ? 

….

par Kiki

On est à deux doigts de montrer du doigt le doigt du destin.

Doigt de réponse ? (oui , elle est moyenne celle-là…)

Doigt du sang ? (oh, on va pas remettre ça, c’est génétiquement lourd)

Doigt opposable à Sarkozy ? On y vient.

D’abord l’UNEF fait une campagne avec affiche.

L’UNEF est jeune mais bien informé. Il sait qu’une affiche avec des fleurs et des vaches, c’est pour la promotion de la Normandie, du lait ou du chocolat suisse.

Il sait aussi qu’une affiche recouverte de mots comme

« Monsieur, notre désappointement est égal en quantité à l’inquiétude qui nous taraude quant à la qualité hypothétique de notre avenir(…) »

est une affiche pourrave.

L’UNEF utilise donc une image percutante et un texte en accord (c’est pourquoi aucune allusion aux vaches ou au chocolat suisse n’est perceptible. Bon, je vous l’accorde, ce dessin est provocateur, mais bon, ce n’est pas non plus un appel au meurtre, encore moins au meurtre de vaches ou de suisses enduits de chocolat).

affiche-unef-sarko.1192523877.jpg

L’UNEF (avec cette franchise primesautière et un rien grinçante qui lui est propre) sait qu’il s’adresse au bon interlocuteur,

puisque comme le rappelle Françoise, du blog Repvblicae,

l’homme épinglé sur l’affiche en d’autres temps d’autres lieux déclara :

[…] Pour autant je préfère l’excès de caricatures à l’absence de caricatures. La force d’une société démocratique […] se juge à leur capacité à accepter la critique et l’impertinence, fussent-elles excessives.

Mais, bigre bougre éventration de mammouths, les gardiens de l’ordre n’apprécient pas la critique impertinente fut-elle excessive.

Et les médias d’en rendre compte promptement (au doigt et à l’oeil, pourrait-on dire).

Diable ! Ce sont les médias belges.

(ils sont bien braves de s’intéresser à nous avec leur gouvernement dans les chaussettes. On imagine que les médias français leur renvoient l’ascenseur, tiens, les problèmes politiques belges font la Une des journozétélés, mais non, corne de zèbre, au fait, qui a gagné l’urne funéraire tout en inox au rugby ?)

Je suis mauvaise langue, allez, les médias français aussi d’en rendre compte promptement, surtout le Figaro (nan, je rigole).

Bon, je n’ai pas inventé tout ça.

Je suis juste allée ce matin chez Repvblicae et chez Plume de Presse. En fait, je ne suis qu’une intarissable bavarde, il suffisait pour mon billet que je fasse :

« Bonjour,

Allez cliquer ici et .

Bonne journée ! »

Mais, voilà, je blablate, je blablate…

Sinon, le saviez-tu que la loi du 29 juillet 1881 n’a pas été appliquée depuis Pompidou ?

Et 1881, c’est pas tout neuf.

Je vous parle d’un temps que les assassins du tsar Alexandre II de Russie connaissent, un temps où Johanna Spyri publia « Heidi  » et  » Heidi grandit », un temps qui vit la reddition du chef sioux Sitting Bull… et non, en ce temps-là je n’étais pas encore scolarisée, non, vous êtes bien sympathiques de vous enquérir de ma chronologie.

vieille-ecole.1192527721.jpg

Qui est responsable de ce graffiti ?!?!?!

(et cette blouse bleue qui jure avec mon teint ! Rrrhô…)

Sinon, en conclusion, j’avais pensé à un truc genre

« En ce bas monde, on a des doigts et des devoirs« …

hum ?…oui, ben si vous croyez que j’ai honte, même pas. Le doigt dans l’oeil vous vous mettez, tiens !

Kiki

Page suivante »