par Kiki

…et tous les chatons, tous les tigres, tous les kiwis et tous les Yves Klein.

Oui da.

car d’après des études récentes, 99,2501368 % des lecteurs de ce blog viennent s’y échouer à la recherche de « chatons« , de « tigres« , de « kiwis » et d' »Yves Klein« .

Qui es-tu, lecteur assoiffé de connaissances ?

Quelles sont ces questions tourmentées qui te labourent furieusement la tête au point de t’obliger à chercher, jour après jour, avec cette constance désarmante qui fit les plus grands Généraux et les meilleurs pompiers, des données inédites à propos des chatons, des tigres, des kiwis et des Yves Kleins ?

Je ne peux me résoudre à rester muette devant cette quête inassouvie.

C’est donc aujourd’hui, en ce jour béni entre tous qui vit la naissance de Roger Moore (1927) et en 1968 Jim Hines courir le cent mètres en moins de dix secondes, qu’une clarté éclatante se portera, ici même et pratiquement dans les conditions du direct, sur les chatons, les tigres, les kiwis et les Yves Kleins.

Ne nous le cachons pas, la tache est rude.

La préférence du chaton pour une seule et unique couleur reste encore un mystère, les rugissements d’Yves Klein sont restés inexpliqués à l’heure actuelle, la palette infinie des desserts qu’offre le tigre est étourdissante, et les miaulements du kiwi nous plongent, pantelants, dans des abîmes de perplexité.

Et pourtant.

Des précisions doivent être faites.

Les chatons d’abord : selon la légende, Napoléon aurait croisé un chaton noir au matin de la bataille de Waterloo (funeste présage !). Le chaton de Schrödinger fut imaginé en 1935 par le physicien Erwin Schrödinger, afin de mettre en évidence des lacunes supposées de l’interprétation de Copenhague de la physique quantique, et particulièrement mettre en évidence le problème de la mesure (funeste problème !).

Les tigres ensuite : félidés de nature crépusculaire et nocturne, il perçoivent les couleurs, ce qui les distinguent de la plupart des autres félins (joins-toi à moi, lecteur, un court instant, pour respecter une minute de silence à la mémoire de ces zélés zoologistes qui, au mépris de leur sécurité, demandèrent aux tigres d’entourer, sur une fiche pédagogique et cartonnée, les objets rouges, puis les objets jaunes, puis les objets verts et ainsi de suite…)

Les kiwis (Actinidia sinensis) sont les fruits d’une liane de la famille des actinidiacées, l’Actinidia (qui vient du grec ακτιϛ, ακτινοϛ, ce qui signifie « rayon », et nous ramène brillamment au soleil qui darde à fond la caisse, on ne peut décemment pas être plus lumineux dans l’exposé des faits sans se brûler).

Yves Klein (et je ne plaisante même pas) s’est intéressé particulièrement au judo à partir de 1947 (mais pas au point de laver ses kimonos blancs avec un jean neuf, chose que je pratique moi-même régulièrement et qui Kleinise ma garde-robe à peu de frais sans dépense d’énergie excessive).

Ce blog se doit d’être illustré.

Il le sera par

des Kikleinwis (fruits hybrides qui deviennent bleu foncé à maturité) :

kiwi-yves-klein.1192283490.jpg

et un chatigron (photo réalisée sans trucage, ou alors, si y’en a un, il est tellement bien fait qu’on s’en rend même pas compte)

tigrechaton.1192283500.jpg

Adieu, cher lecteur.

Tes recherches prennent fin ici.

Tu peux repartir soulagé vers d’autres questionnements auxquels je me ferais un plaisir de répondre ultérieurement, car telle est ma mission.

Pour tout te dire (parlons vrai sincèrement sans fard), j’étais dans les alpages en train de garder quelques ovins gracieusement disséminés dans les verdoyants pâturages, quand une voix étrange, comme venue de nulle part, résonna miraculeusement à mes oreilles. Elle me disait… mais tu ne me croirais pas, lecteur, et pis c’est pas mon truc de raconter ma vie, comme ça, au premier chercheur de chatons, de tigres, de kiwis et d’Yves Klein qui passe…

Kiki

Publicité