par Kiki

On est à deux doigts de montrer du doigt le doigt du destin.

Doigt de réponse ? (oui , elle est moyenne celle-là…)

Doigt du sang ? (oh, on va pas remettre ça, c’est génétiquement lourd)

Doigt opposable à Sarkozy ? On y vient.

D’abord l’UNEF fait une campagne avec affiche.

L’UNEF est jeune mais bien informé. Il sait qu’une affiche avec des fleurs et des vaches, c’est pour la promotion de la Normandie, du lait ou du chocolat suisse.

Il sait aussi qu’une affiche recouverte de mots comme

« Monsieur, notre désappointement est égal en quantité à l’inquiétude qui nous taraude quant à la qualité hypothétique de notre avenir(…) »

est une affiche pourrave.

L’UNEF utilise donc une image percutante et un texte en accord (c’est pourquoi aucune allusion aux vaches ou au chocolat suisse n’est perceptible. Bon, je vous l’accorde, ce dessin est provocateur, mais bon, ce n’est pas non plus un appel au meurtre, encore moins au meurtre de vaches ou de suisses enduits de chocolat).

affiche-unef-sarko.1192523877.jpg

L’UNEF (avec cette franchise primesautière et un rien grinçante qui lui est propre) sait qu’il s’adresse au bon interlocuteur,

puisque comme le rappelle Françoise, du blog Repvblicae,

l’homme épinglé sur l’affiche en d’autres temps d’autres lieux déclara :

[…] Pour autant je préfère l’excès de caricatures à l’absence de caricatures. La force d’une société démocratique […] se juge à leur capacité à accepter la critique et l’impertinence, fussent-elles excessives.

Mais, bigre bougre éventration de mammouths, les gardiens de l’ordre n’apprécient pas la critique impertinente fut-elle excessive.

Et les médias d’en rendre compte promptement (au doigt et à l’oeil, pourrait-on dire).

Diable ! Ce sont les médias belges.

(ils sont bien braves de s’intéresser à nous avec leur gouvernement dans les chaussettes. On imagine que les médias français leur renvoient l’ascenseur, tiens, les problèmes politiques belges font la Une des journozétélés, mais non, corne de zèbre, au fait, qui a gagné l’urne funéraire tout en inox au rugby ?)

Je suis mauvaise langue, allez, les médias français aussi d’en rendre compte promptement, surtout le Figaro (nan, je rigole).

Bon, je n’ai pas inventé tout ça.

Je suis juste allée ce matin chez Repvblicae et chez Plume de Presse. En fait, je ne suis qu’une intarissable bavarde, il suffisait pour mon billet que je fasse :

« Bonjour,

Allez cliquer ici et .

Bonne journée ! »

Mais, voilà, je blablate, je blablate…

Sinon, le saviez-tu que la loi du 29 juillet 1881 n’a pas été appliquée depuis Pompidou ?

Et 1881, c’est pas tout neuf.

Je vous parle d’un temps que les assassins du tsar Alexandre II de Russie connaissent, un temps où Johanna Spyri publia « Heidi  » et  » Heidi grandit », un temps qui vit la reddition du chef sioux Sitting Bull… et non, en ce temps-là je n’étais pas encore scolarisée, non, vous êtes bien sympathiques de vous enquérir de ma chronologie.

vieille-ecole.1192527721.jpg

Qui est responsable de ce graffiti ?!?!?!

(et cette blouse bleue qui jure avec mon teint ! Rrrhô…)

Sinon, en conclusion, j’avais pensé à un truc genre

« En ce bas monde, on a des doigts et des devoirs« …

hum ?…oui, ben si vous croyez que j’ai honte, même pas. Le doigt dans l’oeil vous vous mettez, tiens !

Kiki