par Kiki

Ami(e)s du jour, bonjour !

Ami(e)s du soir, bonsoir !

Ami(e)s du midi, bon riz !

(je sais, cette entrée en matière, c’est pathétique, mais je suis dans un état proche de l’Ohio, c’est-à-dire soit la Pennsylvanie, soit le Michigan, ou l’Indiana, ou le Kentucky, peut-être la Virginie-Occidentale, bref, je suis sens dessus dessous, voire même sans sens, ce qui n’a aucun sens c’est certain, et c’est saisissant, ça c’est sûr, j’arrive même plus à trouver assez de mots en s pour l’exprimer, saperlizut, ça se voit que je suis en train d’essayer de noyer le poisson ?)

ohio.jpg
Voilà.

Quand je ne charme pas mes proches par mes interprétations a capella d’Un jour tu verras avec les vibratos (vibrati ?) de Mouloudji (Mouloudjo ?), quand je ne tricote pas des hauts de chausse, quand je ne concocte pas ma fameuse tarte aux pommes qu’on dirait une vraie, et quand je n’écris pas des « ce qui me passe par la tête » sur ce blog, j’écris tout court.

Et voilà mon premier roman publié s’appelle Charlémoi,

et il sort ici : chez Arhsens Editions (qui en dit bien des trucs gentils dans sa lettre d’information de décembre, et que du coup, je suis plus rose que d’habitude)

C’est beau, c’est frais, c’est neuf, c’est vendu avec des pages qui tournent. Rien à voir avec ces tristes productions dont les feuilles sont collées entre elle par le beurre ou toute autre adjonction de graisse*. C’est aussi équipé d’une couverture rigide (bonne tenue) et les pages sont numérotées (si par mégarde, elles se mélangeaient subrepticement, hop, un peu de numération élémentaire et tout retrouve sa place ! C’est une idée, c’est novateur, c’est moderne, c’est de la technologie).

On peut lire mon livre assis, debout, en camping, ou dans le salon (pensez à éviter la cuisine à cause des projections de particules graisseuses). Il peut se caler sur une étagère facilement, se poser sur une table contemporaine, ou sur toute autre surface plane, accueillante et modérément dépoussiérée (le bahut breton est optionnel, je fais confiance à votre bon goût naturel et à l’élégance innée qui vous caractérise) et ce, en toutes saisons ! Par contre, il est inutile à la piscine (nos tests en laboratoire sont définitifs : il ne flotte pas, il n’est pas ignifugé non plus, ben oui, on peut pas tout avoir).

Bon alors voilà. Je vous ai lâché le morceau.

Maintenant je vais vous mettre une illustration récréative pour décompresser :

rhinoludique.jpg

Voilà voilà.

Du coup, vous êtes prévenus. Alors, ne venez pas vous plaindre, hein, et ne soyez pas geignards en plus, j’ai horreur de ça.

Sinon, ça vous est déjà arrivé d’être toute fière, et toute inquiète en même temps ?

Et est-ce que vous aussi vous vous rongez les ongles ?

Parce que moi oui.

Tous.

Kiki

PS 1 : * On me dit dans l’oreillette que les « productions dont les feuilles sont collées entre elle par le beurre ou toute adjonction de graisse » sont particulières aux livres que j’ai lu en mangeant un sandwich jambon-emmenthal-mayonnaise. Coïncidence?

PS 2 : Un spécial merci aux influenceurs qui ont goupillé cette magnifique bannière qui bouge hou hou !

PS 3 : Mon bouquin, c’est pas du « Kiki de blog », je veux dire, c’est pas vraiment Kiki qui l’a écrit mais plutôt Christine Jeanney, alors y’a du Kiki dedans forcément parce que Kiki c’est moi, mais y’a aussi du Christine Jeanney qui est moi également, et Emma Bovary c’est moi aussi, quoique non, là, j’ai dû faire un faux numéro, enfin, vous voyez l’idée…

—————————————–

Les commentaires de ce billet (que je ne voudrais voir disparaître sous aucun prétexte, car ils sont chers à mon coeur, ben oui je suis émotive) sont à lire ici.