par Kiki

Voilà un lieu sympa : Futura-Sciences Point Com’ !

J’aime mieux que Voiça ou Gali en tout cas.

Ce matin, j’y lis ceci : (je vous fais un copié collé vite fait pour ceux qui ont la flemme de cliquer sur les liens ou qui ont une souris en mauvais état ou une souris qui ne clique pas, en même temps, comment faites-vous pour venir ici avec cette souris inutile ? Une fois de plus, je suis confrontée aux mystères indicibles des énigmatiques territoires inexplorés de la 5ème dimension…)

« Le premier ancêtre nageur des cétacés était-il un daim miniature ?

Un ongulé de la taille d’un raton laveur serait un bon candidat pour le statut de chaînon manquant entre les cétacés et leurs lointains ancêtres terrestres. Il aimait déjà l’eau mais il se nourrissait sur la terre ferme. Il était de plus herbivore, bousculant quelques hypothèses… »

Et l’illustration :

baleineancetre.1198340935.jpg

Alors, franchement, on la connaît vraiment cette Terre ?glogeterrestrejouet.1198345253.jpg

Allez, hypothèse : on se parachute il y a 48 millions d’années (ce qui est fort simple en se procurant une DeLorean delorean.1198341300.jpg comme celle de Retour vers le Futur) on se retrouve chez nous, sur la Terre, mais avec le sentiment d’être en goguette dans la galaxie B28 ou sur la planète Zmorg, non ?

Et ça marche dans les deux sens.

J’imagine que si je me téléporte 48 millions d’années plus tard, après ce Noël 2007 (Bonne Année au fait), je tomberai forcément sur une surface inconnue peuplée d’êtres étranges, hybrides et chamarrés…

chevalbizarre.1198342246.jpg

(oui, mon imagination est limitée, voire infantile, mais elle a le mérite d’exister)

Alors, sur quoi sommes-nous vraiment en train de marcher ? (au sens littéral, parce qu’au sens figuratif c’est sur la tête, surtout quand on sait ce qu’on sait, quand on entend ce qu’on entend et quand on voit ce qu’on voit, si si)

En connaissons-nous les moindres recoins (du truc sur lequel on marche) ?

Autre chose qui me turlupine. Les couleurs.

Elles arrivent droit dans nos orbites, dans nos rétines, où des cellules nerveuses sont pleines de cônes et de bâtonnets. Les cônes décomposent la lumière en couleurs. Les Hommes ont trois sortes de cônes, mais d’autres espèces comme les oiseaux en ont quatre, et décèlent l’ultraviolet et des couleurs sensiblement différentes des autres.

Donc, les couleurs n’existent pas. Si nous étions équipés d’autres cônes autrement performants, nous les verrions différemment. Le vrai monde, autour de nous, n’est qu’un amalgame de protons neutrons bazaratrons, qu’est-ce que j’en sais, c’est déjà pas facile de parler de trucs dont on a aucune idée, alors si en plus il faut donner des détails précis, je m’excuse mais pardon, je ne vais pas passer mon temps à être ridicule juste pour vous faire plaisir, et j’ai des nouilles sur le feu, c’est autrement plus nutritif qu’un cône ou que trois et même qu’un bâtonnet, sauf éventuellement un bâtonnet comme ceux à la crème glacée incrustés de pépites de chocolat, mais je m’égare.

Donc, si ça se trouve, le vrai monde est comme ça :

paysagefou.1198343745.jpg

En même temps, ce serait bien beau.

On se croirait sous LSD… (avec des cônes au fait, c’est normal…)

Tiens, on pourrait se regarder le monde tout flashi en lisant le dossier spécial de Courrier International sur Mai 68…

i80783couv894.1198343994.jpg

Et on chanterait Let the sun shine in,
[kml_flashembed movie="http://www.dailymotion.com/swf/xekr2" width="425" height="335" wmode="transparent" /]

et Incroyable ! ce billet qui commence avec la planète Terre fini avec une chanson mââgique au milieu de l’espace intersidéral de la 5ème dimension (ils ont tourné ça en apesanteur ? sans m’appesantir, ils sont forts…).

Donc tout est dans tout ?

On part de l’eau des parents de la baleine et on arrive pile dans Aquarius, plouf !

C’est sûrement un signe.

Ce siècle sera religieux, finalement ?…

Kiki