par Kiki

Séquence : souvenons-nous.

Tiens, d’abord reprenons en coeur « Love, exciting and new, come aboard, we’re expecting you  » pour l’ambiance.

Vision idéale d’un monde exemplaire où la tenue du brushing est primordiale : « The Love Boat promises something for everyone » (traduction : les mieux coiffés et les mieux maquillés seront sûrement récompensés). « La facture des frais de maquillage pour Nicolas Sarkozy s’élevait à plus de 34 000 euros déclarés, et pour Ségolène Royal, maquillage et coiffure, plus de 51 000 euros » (selon une chronique matinale de France Info).

Dans « La croisière s’amuse« , le capitaine est en short .

 

 

Dans « La croisière s’amuse », le capitaine passe son temps à satisfaire les désirs des passagers privilégiés.

 

loveboat-logo1.1200652334.jpg

Dans la croisière s’amuse, le bateau accoste dans des pays dont on ignore tout. Enferment-ils les adversaires jusqu’à ce que mort (naturelle) s’en suive ? La décapitation en place publique y est-elle chose commune ? Lapident-ils les femmes ou sont-elles flagellées ? Personne ne sait, et on s’en tape en plus. Pourvu que les colifichets en vente dans les boutiques du port soient abordables. Les affaires et le plaisir d’abord.

Dans la croisière s’amuse, les happy end se traduisent souvent par des fiançailles (sans doute suivies, hors épisode, de fastueux mariages officiés en bon latin et de dos).

Le passager clandestin de « la croisière s’amuse » parle la langue de la série, pas besoin de sous-titres. Il ne se faufile aboard que pour affaires de cœur. Un centre de rétenquoi ?

On ne mesurera jamais assez les conséquences d’un trop plein de diffusion de « La croisière s’amuse » sur notre quotidien.

Je crois qu’il n’y a pas d’anti-croisière s’amuse. Pas de « La croisière en bave » ? Ah bé si, et avec plein d’épisodes en plus, avec des titres chouettes, comme « Siffler en travaillant  » ou « Tonton, pourquoi tu tousses ?  » ou « Mon nom est personne » et tellement d’autres… mais je ne sais pas sur quelle chaîne ça passe.

Kiki

 

PS : désolée pour l’abondance de liens. Il paraît qu’au bout de douze, on gagne un Franc.

francs.1200652810.jpgChouette ! J’en ai gagné deux ! J’ai bien fait de jouer dites donc.