avril 2008


par Kiki

Lire Courrier International c’est bien.

Surtout à cause des mots dedans qui parlent de trucs.

« Scarlett Hooft Graafland, qui est née en 1973, a fait des études artistiques à La Haye, dans son pays natal, puis en Israël et à New York. Elle partage actuellement sa vie entre Amsterdam et New York. Ses travaux ont déjà fait l’objet de plusieurs expositions personnelles en Europe.

Une sélection de son travail sera présentée
à Hyères du 25 avril au 1er juin 2008
à l’occasion du Festival international de mode
et de photographie, dont Courrier international est partenaire. »

Et aussi, à côté des mots, y’a des images. Comme dans Spirou, mais pas dans des bulles. Mais y’a des bulles. Oh, pis c’est compliqué…


vanishing.1209241676.jpg

sweethearts.1209241690.jpg

marble.1209241664.jpg

 

Je veux aller à Hyères voir tout ça de plus près. Pas hier, parce que c’est trop tard. Aller demain à Hyères, voilà l’idée.

cartehyeres.1209237830.jpg

Bon, demain, je ne peux pas aller à Hyères, il faut que j’aille acheter les croissants à 9 heures. Tant pis.

Ne me reste que l’Ile d’Yeux pour pleurer (oui, elle est vieille celle-là).

Allez, je vais essayer de faire tout comme Mâame Scâalett (ah, comme j’ai pleuré !) Hooft Graafland. Parce que j’en ai le droit, je suis ici chez moi après tout ! Et, comme je n’aime rien tant que jouer avec Paint.net, toutes les occasions sont bonnes à prendre. Et puis, franchement, comme occupation, c’est toujours mieux que de confondre régularisation et naturalisation pour bien flatter l’électeur d’extrême droite qui se sentirait perdu au milieu d’un monde hostile (Ah zut. Pas de politique le samedi on avait dit. Non ? Ho, je confonds avec le mercredi ? C’est tout moi ça. Désolée.).

Go Kiki go :

annecybilles.1209240472.jpg

foretneigepaques.1209240516.jpg

cascadechantilly.1209240459.jpg

…le dernier montage m’a donné rudement faim.

Du coup, faut que j’y aille, hein.

Kiki

PS : un hommage discret est caché quelque part… Quarante doublons (en petites coupures) à celui/celle qui trouve.

Publicité

par Kiki

Aujourd’hui pour changer je me prends pour le commandant Cousteau.

Mais sans son bonnet.

Et au-dessus de l’eau.

Et par une fenêtre. En moins aventureux donc.

Mais quand même. Il fallait appuyer sur le bouton du bidule (et je m’y connais en photographie, j’ai utilisé ici un aX B238 de chez Morizot avec infracapteur à dézoumer et molette qui tourne, du bon matos, donc).

dsc00807.1208941692.JPG

dsc00810.1208941701.JPG

dsc00811.1208941710.JPG

dsc00813.1208941723.JPG

dsc00835.1208941793.JPG

dsc00827.1208941753.JPG

dsc00842.1208941803.JPG

dsc00833.1208941780.JPG

dsc00849.1208941825.JPG

dsc00831.1208941765.JPG

dsc00821.1208941738.JPG

Dommage que vous ne puissiez pas entendre le son, parce qu’à un moment, ils ont échangé des « mots » , ambiance tendue, hein.

Kiki

PS : eh non, aucune remarque politique. Jamais de politique le mercredi, jour des oiseaux cui cui (pas des oiseaux façon raviolis).

par Kiki

Il était une fois : Jean de l’Ours.

On l’appelait Jean de l’Ours parce que… je ne sais pas pourquoi et comme j’en ai aucune idée, hop, on change.

Il était une fois un prince.

Mais pas un prince comme les autres avec une armure en or, des cheveux jaunes bouclés et des jabots en dentelles partout sur son pantalon, non, un prince triste. Non, pas triste, tourmenté peut-être, non pas tourmenté, peintre.

kokoschkaautoportrait.1208803190.jpg

Il cherchait l’amour. Il le trouva sur le pont de l’Alma.

kokoschkaetalma.1208803206.jpg

Puis il le trouva ailleurs, parce que sur les ponts y’a pas beaucoup d’intimité, et c’est pas commode de nouer une relation durable avec tout ce passage, sans compter les zouaves (je sais, c’est facile, mais pourquoi, oui, pourquoi m’empêcheré-je de dire une billevesée facile, hein ?).

Il s’en alla ailleurs.

Ailleurs, d’ailleurs, c’était vachement joli, ailleurs. D’ailleurs.

kokoschkajeunefillemainsurlahanche.1208803216.jpg

Et même ailleurs plus loin, sur la terre ferme, c’était pas mal non plus.

kokoschkamontanalandschaft.1208803230.gif

Et quand la terre n’était pas ferme, on appelait ça la mer et on mettait des bateaux dessus pour que le prince peintre se déplace.

kokoschkaveniceharborscene.1208803924.jpg

Le prince peintre cavala très fort et très loin un jour, parce qu’un homme politique allemand d’origine autrichienne, fondateur et figure centrale du nazisme, instaurateur de la dictature totalitaire du Troisième Reich le trouvait « décadent ».

Rien que pour ça, j’aime bien ce prince peintre.

A Vienne (que pourra) ils l’appellent Oskar Kokoschka. Ils ont raison. Jean de l’Ours, ça fait pas très sérieux. Sérieusement.

Et jusqu’au 12 mai, on peut voir le prince Oskar au Belvédère. Et jusqu’au 13 juillet à l’Albertina. En fait, je suis une taupe du syndicat d’initiative de Vienne infiltrée parmi vous. Je vais finir par contrôler vos cerveaux, je vais m’autoproclamer OskarGourou, je vais vous forcer à porter des robes de bure avec le portrait d’Oskar Kokoschka dessus oskarkokoschka.1208805041.jpg et vous me donnerez tous vos sous et je pourrais glander dans les musées de partout, d’ailleurs (d’ailleurs) et même de plus loin jusqu’à la fin de ma vie. Argh, mais si je dévoile mon plan trop tôt, je risque l’échec dans mon ambitieuse entreprise égoïste. Zut. Faisons semblant de rien. Je vais vous hypnotiser avec un discours apaisant, amical et dénué de toute dangerosité :

Il était une fois : Jean de l’Ours.

(comment ça, je ne suis pas discrète ? Et comment vous savez que c’est moi d’abord ?)

Kiki

(hein ?)

Par RV

Un truc qui me gonfle, c’est la dette. Pas la dette en tant que dette, la dette en tant qu’argument politico-économico-sociéto-machin-chose permanent. Même les socialistes argumentent en la citant. C’est plus de l’argumentation, c’est de l’argudettation. La dette est énorme. La dette est insupportable. Réduire la dette est un impératif pour ne pas la laisser aux générations futures qui n’ont rien demandé, etcaetera. J’adore le truc « générations futures qui n’ont rien demandé ». Parce que la prolifération nucléaire, la faim dans le monde, l’échec scolaire, Sarkozy au pouvoir et le réchauffement climatique, tout ça, ils l’ont demandé..? Et nous, les générations actuelles, on passe sans doute notre temps à dire à celles qui nous ont précédées « Bande de glanglans, z’avez vu la daube de monde que vous nous avez légué ? »

Sur ce site tout à fait officiel, on trouve deux graphiques très amusants, qui semblent (pour le 2e en tout cas) prouver que le gouvernement actuel a l’intention de rester aux affaires jusqu’en 2032, ce qui prouverait à tout le moindre que la fréquentation de Khadafi a donné des idées de longévité étonnante à nos dirigeants (j’ai mauvais esprit hein…). Allez, soyons fous, je ne résiste pas au plaisir de vous reproduire ces deux graphiques (cliquez sur les miniatures pour les agrandir) :

dette_deficit_rienfait.1208519317.gif dette_deficit_objrespecte.1208519335.gif

Oui, parlons-en de la dette. enfin parle-z’en, RV, t’es tout seul là. Donc, la dette. Moi je trouve ça très bien. Car on se focalise aujourd’hui sur les effets inhibants des remboursements, en omettant de mentionner qu’elle permet aussi d’avoir des fonds ! Si ces fonds sont utilisés pour améliorer la vie du plus grand nombre, le plus grand nombre devrait être heureux, y compris le plus grand nombre futur pas encore né qu’a rien demandé…

Imaginons le discours anti-dette poussé à fond : bon, plus de dette. Finances apurées. Au prix du gel quasi total des constructions nouvelles ou de l’entretien nécessaire d’hôpitaux, de lycées, de logements, de crèches, de piscines publiques, de bibliothèques, de voies de transport. Ah ben oui mais au moins on a jugulé la dette.

Prouvez-moi, je dis bien prouvez-moi, par des chiffres, des calculs prospectifs, bref des arguments réels et pas lancés comme une cacahuète dans le sillage (qui commence à se faire un chouïa lointain) du triomphe sarkozyste de mai 2007, que la dette française est le frein à l’amélioration de la vie des citoyens. A moins, bien sûr, que l’amélioration de la vie des citoyens ne soit pas le sujet. Auquel cas…

Tiens j’en profite pour apostropher en passant un collègue, M. Jacques Marseille. Hier encore, à « C dans l’air« , il se plaignait de l’état de la France, qui est tellement en retard de tout par rapport à ses voisins européens, puisque « Ce pays », comme il dit tout le temps, « n’a jamais su faire les réformes nécessaires même si elles sont douloureuses ». Comprenez libéraliser tous les secteurs de l’économie, à l’anglaise. Bon. Dont acte, cher collègue, je ne vous tutoie pas encore parce que nous n’avons pas bu un café ensemble dans la salle des profs, mais si je puis me permettre : pourquoi vivez-vous encore en France, si ce n’est par approbation de son système de santé, de sa protection sociale, et même de son absence de compétitivité excessive entre ses professeurs d’univesité..? Allez cher collègue, sans rancune…

RV

par Kiki

 

Le doyen des arbres : un épicéa vieux de près de 8000 ans !

« En Suède, une équipe de forestiers a découvert dans l’ouest du pays un bosquet d’épicéas minuscules dont l’un pourrait être le plus vieil arbre vivant du monde. Ce pin (Picea abies) appartient à une espèce couramment répandue dans toute l’Europe, et même familière puisqu’il s’agit de l’arbre le plus fréquemment utilisé comme sapin de Noël (…) »

sapinnoel8000.1208338437.jpg

8000 ans, c’est beaucoup quand même.

Il en a vu des choses ce Picea abies !

J’ose à peine imaginer…

lucynoel.1208345246.jpg

vikingnoel.1208345276.jpg

Ah, mais dans mon voyage mental à travers les âges (farouches) je suis stoppée dans l’élan. elanstop.1208345541.jpg

Comme quoi, se tenir au courant des dernières nouvelles peut être générateur de baisses de moral.

Economies, économies…

Je me demande… C’est une mesure de droite ?…

Mais c’est bon pour le pouvoir d’achat ? Non ?

C’est quand même en phase avec Liberté Egalité Fraternité, non ?

famillenoel.1208361002.jpg

Alors, pour mon 8000 et unième Noël, je demande la gauche.

Un peu.

Kiki

Par RV

Je sais bien que parfois, on pourrait croire le contraire, mais je vous assure, Messieurs-Dames, croyez-moi : je suis tout sauf prosélyte. A vrai dire, je suis même l’anti-prosélyte. Si j’affirme haut et fort des convictions, ça n’est pas prioritairement pour que vous les partagiez (tant mieux si c’est le cas bien sûr) ; c’est pour me positionner clairement. En politique, comme en toutes choses.

Je regarde avec étonnement les gens qui sont capables de vous dire « Lis ça, c’est très bien ». Ou qui vous conseillent un film, une exposition ou un spectacle. Je suis bien incapable de faire ça. Et j’avoue humblement que je dois franchir une petite réticence lorsqu’on me conseille de lire, voir, ou entendre telle ou telle chose.

Inversement, je souffre, n’ayons pas peur des mots, depuis des dizaines d’années d’une forme de non-reconnaissance d’autrui par rapport à mes choix. Devoir se justifier m’a toujours été un calvaire insupportable, et j’en veux profondément aux gens qui sont incapables de ce respect basique qui consiste à dire, mais surtout à penser, »OK tu fais comme tu veux sur tes choix qui n’impliquent personne d’autre ». D’autant que je ne vous parle ni d’euthanasie, ni de consommation de stupéfiants, ni de pratiques sexuelles déviantes ! Je vous donne un exemple : discussion autour du mariage, moi de dire « nous on s’est mariés en deux minutes, pas de cérémonie, pas de fête, hop, passons à autre chose ». Tempêtes de protestations, et que « mais comment as-tu pu faire ça à ta femme (signe d’une vision particulièrement bornée du monde où le mâle, condescendant chevalier, se devrait d’honorer sa promise par un beau mariage Barbie) », « et tes parents alors tu y as pensé », etcaetera. Autre exemple : je ne fête pas Nouvel An. Ouragan de protestations ! Crime de lèse-calendrier ! Atteinte à la morale publique et à l’industrie du Champagne ! Je ne vous parle même pas des anniversaires de mariage, Saint-Valentin et autres fêtes des mères-pères-grand-mères-grands-pères… Les autres, obéissant à une norme sociale incontestable, n’auraient donc nul besoin de se justifier. Le nombre fait loi.

Si j’ai une fois dans mon existence jugé la façon de vivre de tel ou telle alors que la susdite façon ne heurtait personne, qu’on me jette la première pierre et même le mur qui va avec ! J’en suis venu, dans la vraie vie sociale en 3D, à retenir mes phrases, anticipant systématiquement cette maudite justification que l’on ne manque quasiment jamais de me brandir sous le nez !

L’autre jour, un collègue m’a invité à passer chez lui, où son groupe de rock, fort bon d’ailleurs, répétait. J’en aurais presque chialé de reconnaissance quand je lui ai dit que je ne resterais pas longtemps pour pouvoir lire une histoire à Posuto Junior : il ne m’a rien demandé ! Il n’a pas insisté pour que je reste ! Il ne m’a pas gratifié des habituels « Allez, enfin, reste un peu, tu peux t’arranger autrement, gnagnagna… » Et en les quittant, ces 5 musicos tout reconnaissants d’ailleurs d’avoir eu un mini-public durant une heure, je me disais « les gars, j’irai à votre concert ! ».

Conclusion : ce billet n’est pas très captivant, j’en conviens volontiers. Mais il ne vous obligera pas, pas plus que les autres de mes productions, à penser contre votre gré. Le contraire serait bien, au fond, la chose la plus détestable du monde.

RV

par Kiki

Oyez, Oyez, bonnes gens ! Le répulsif anti-jeunes est arrivé !

Il se présente comme un simple boîtier, maniable, seyant et propre sur lui.

Il ressemble un peu à un mini haut-parleur, et c’est presque le cas puisqu’il émet un son que seule la jeunesse peut entendre. Ce son est si joyeux que les tympans de la jeunesse se fêlent si elle décide de rester à côté. C’est pourquoi la jeunesse fout le camp. Ouf.

mosquitoantijeune.1208028238.jpg

(je ne sais pas ce que vous en pensez, hein, mais les jeunes, quelle plaie, moi je dis, débarrassons-nous des jeunes, oui, de tous les jeunes, et le monde sera tellement bien plus calme et tellement beaucoup plus beau plus mieux ! Cette belle et bonne entreprise est d’ailleurs à mon sens un peu tiède. Ah, comme je regrette cette lâcheté latente qui caractérise le genre humain ! Caramba ! Triple cornemuse ! Allons jusqu’au bout ! Parquons les jeunes sur une île et enlevons le bouchon. Ou arrangeons-nous pour qu’après neuf mois de gestation le petit d’homme naisse vieux.)

Ce boîtier est actuellement utilisé au Royaume Uni (3500 exemplaires vendus), au Pays Bas, en Belgique et arrive tout doucettement en France.

Ah mais c’est que j’entends d’ici crier ces Droidelomistes toujours si prompts à prendre la mouche pour des billevesées !

Rassurez-vous, belles demoiselles, gentils damoiseaux, nous sommes en France !francecoqembleme.1208029694.jpg Il y a entre la France et les autres pays d’Europe une différence de taille :

cet appareil est nommé Mosquito un peu partout. C’est franchement peu glorieux de comparer un jeune à un moustique moustiquehorrible.1208029675.jpg, un parasite, un nuisible. Hou. Honte sur vous, vous, les royaumuniens, les paybasants et les belgiqueux ! Nous, en France, on a quand même un fond d’Humanisme, permettez !

Du coup, chez nous, ce produit s’appelle Beethoven (un peu de culture ne nuit pas et profiter de toutes les opportunités pour en distiller de ci de là est une sainte mission qu’il convient d’encourager avec véhémence).

Du coup et par conséquent, j’attends avec Impatience (elle passait par là, j’y ai dit T’as un truc de prévu, Imp’ ? Elle a répondu Non, j’attends avec toi. Chouette fille.) les futurs prototypes des futurs procédés antikekchose.

C’est qu’on a du pain sur la planche.

J’ai bien quelques propositions…

boitierdandy.1208030406.jpg

boitierantipollueur.1208030394.jpg

boitieranticons.1208075088.jpg

…mais je ne possède pas les capacités techniques de les mettre en oeuvre. Je compte sur la savante sagacité d’un sage savant éclairé.

A moins que d’ici là, on ne mette au point un boîtier anti-invention dégradante ?

Kiki

PS : Un PosutoJeu pour les lecteurs les plus perspicaces :

Dans un article du Monde, deux réactions face à cet objet sont relatées. L’une est de droite, l’autre de gauche. Saurez-vous les identifier ?

1-ces boîtiers « qui diabolisent les adolescents, peuvent pénaliser des innocents et portent atteinte aux droits de l’homme« .

2- il faut soutenir « toujours ceux qui respectent la loi, au détriment des bandes de voyous ».

Postez vos réponses avant la date limite, le café de la Poste fera froid.

Par RV

Cette page m’a donné envie de simplement cartographier les pays qui subissent aujourd’hui, pour diverses raisons, de graves problèmes alimentaires. Il y a même un pays d’Europe !

Cliquez sur la miniature pour l’agrandir

carte-de-la-faim-en-2008.1208005706.jpg

RV

Par RV

Ouais d’abord. Attache ta ceinture, éloigne les gosses, vérifie que ton café est pas trop chaud, et on y va.

Y’a des gens qui (remarque bien que ça ressemble à une fameuse chanson de Brel) sont pas d’accord avec les idées politiques de ce blog, de notre blog, ici quoi. Bon. J’ai du mal, mais j’admets. Si si, je vous jure, j’admets. Péniblement, souffreteusement, la mort dans l’âme et la peine dans l’oeil, mais j’admets.

Y’a des gens qui (remarque bien que ça continue dans la verve susmentionnée) peuvent éventuellement trouver que parfois, avec toutes les réserves que cela suppose et nonobstant à la fois le CAC 40, l’âge du capitaine et la saison des cèpes en Limousin inférieur, il m’arrive d’être corrosif. Voire imprécateur. Voire taquin (pardon pour l’audace de ce dernier terme mais comme disait Aragon il faut appeler un chat un chat, et, je sais, encore une citation d’un communiste, après tout pas ma faute si c’est pas Mauriac qui l’a sortie celle-là).

Y’a un gens qui, identifiable sous un pseudonyme littéraire genre Flaubert, Zola, Mme de Staël ou BHL, je ne sais plus, sous prétexte que mes avis le choquent, a publié sur son blog un de mes courriels. Il a depuis retiré la chose, ainsi que les commentaires fort nombreux et fort courroucés contre ses pratiques, qui l’accompagnaient. Alors vous me direz « Bon l’incident est clos, passons, RV t’as qu’à nous faire une carte ». Ben non. Je reste fort colère. Et j’ai besoin d’enfoncer encore quelques clous dans le cercueil. D’autant que ce délicat personnage, lorsqu’il cite Kiki, le fait désormais ainsi : Kiki. C’est d’une poésie, vous ne trouvez pas ?..

Car si l’objet de nos indignations a disparu de ce blog, ça n’est pas parce que le sieur a compris et admis sa maladresse (je suis gentil hein, j’ai dit « maladresse », vous voyez comme l’âge m’adoucit…). C’est parce qu’il veut éviter d’être injustement lynché par la haine de la foule gauchisante que bien entendu, du haut de mon influence mondiale, je manipule. C’est connu, à côté d’RV Posuto, Sartre était un sous-secrétaire de 3e adjoint à la mairie de Pézenas (à propos de Pézenas on ne parle plus beaucoup de Boby Lapointe et c’est bien dommage, je dis ça pour ceux qu’en ont rien à braire de mes histoires, voilà voilà…). A-t-il admis un instant, une micro-seconde que publier un courriel privé sur son espace public est une entorse à la déontologie induite ? Nenni. Nada. Que dalle.

Alors je réitère, je surligne, je rematraque. Et puisque le billet fétide a été retiré non par honneur mais par lâcheté, puisque ce billet (fétide) mettait en doute mes capacités à assumer mes dires, puisque ce billet (fétide) voulait ôter un prétendu masque et mettre toute la lumière sur mes turpitudes gauchistes, je vais vous le remettre. Et j’en maintiens chaque mot. Y compris, et surtout, ma description succincte mais olfacto-architecturale de la droite. Voilà donc ce qui n’était destiné, au départ, qu’au quidam. Vous remarquerez que je publie MON courriel, pas le sien. Il ne s’assume pas, moi si.

« Il y a quand même quelques obstacles à une communication apaisée entre nous. Par exemple, le fait que vous ne supportiez pas une opinion de gauche. Pour vous la politique c’est comme un match de foot. Y’a un gagnant, et les perdants doivent la fermer. Si Ségolène Royal avait gagné, vous l’auriez pas ramenée, votre légendaire sincérité (sic) ?
La teneur de vos propos est systématiquement la dénonciation des blogs de gauche. Avez-vous une fois seulement lu chez nous la dénonciation des blogs de droite ? Et pourtant, ils sont peu reluisants !
La question de Flo Py, figurez-vous que vous auriez peut-être dû vous la poser vous même, et que le fait de devoir réfléchir durant des plombes pour y répondre est un indice de la maigreur de votre pensée politique. Vous osez dire que Flo enfonce les portes ouvertes avec un humanisme incontestable alors que vous tartinez des lignes sur le fait que « ceux qui bossent c’est pas des fainéants » et que « il vaut mieux respecter autrui que le contraire » ? Si Flo Py manie l’art de l’évidence, vous en possédez tous les diplômes, vous.
Un autre obstacle à une bonne communication entre nous est votre absence de deuxième degré. C’est pas votre faute mais vous n’y comprenez rien. Vous êtes incorrigiblement premier degré. C’est votre droit, mais avec nous ça peut pas coller.
On vous l’a déjà dit : le mieux serait que vous évitiez notre blog, et surtout, que vous ne nous citiez plus. Car la façon dont vous le faites est tristement agressive, et ça, c’est moche. Et petit. Et ce n’est pas une allusion à Sarkozy. Quoi que…
Enfin, je n’ai pas envie de côtoyer un type de droite. J’ai le droit. je suis sectaire si vous voulez, je suis étroit d’esprit, mais je m’en fous. La droite ça pue, de la cave au grenier. J’ai l’odorat fragile. Tiens, vous voulez en prendre plein les dents pour pas un rond ? Allez sur le blog de Cowboy laisser un de ces commentaires sarkozistes dont vous avez le secret.
RV
(NB : là j’avais mis mon vrai nom)

Mon épouse Kiki (NB : idem ci-dessus) vous répondra plus tard ce qu’elle voudra. On est ensemble, on n’est pas siamois. »

Alors vous, vous vous en foutez, mais moi, là, tout de suite, je vais vous dire, je me sens mieux. Comme un Desproges qui aurait roulé dans une flaque de boue à côté de Dubosc.

RV

PS : demain on passe définitivement à autre chose.

La maison Posuto part quelques jours se mettre au vert.

Illustration :

semettreauvert.1207651898.jpg

Vert tigineux non ?

 

Page suivante »