Par RV

Poisson d’avril ou pas ? Je n’ai pas encore vérifié. L’inspecteur d’Académie de Rennes aurait envoyé des courriers à des retraités de l’EN, leur demandant de venir remplacer des instits dans certaines écoles, pour pallier l’indigence de personnels remplaçants. Si c’est un de ces fameux canulars écaillés, en cette période de contestation grandissante des projets anti-éducation (si vous appelez ça « rééquilibrage de la dépense publique », vous êtes sarkozyste, de rien ne me remerciez pas pour ce test gratuit), c’est moyennement drôle. Si c’est une manoeuvre subtile pour provoquer un tollé afin que la contestation s’amplifie, cet inspecteur est génial et je l’en remercie. Si c’est sincère, cet inspecteur est un cynique sans scrupules, mais accordons lui une chose, il est loin d’être le seul.

Car l’information qui va suivre, tout droit sortie du magazine de la Caisse d’Allocations Familiales du Territoire de Belfort, a été publiée dans la mouture Mars 2008 de la susdite publication. Point donc de blague piscicole ici.

L’article est intitulé « Senior, pour un retour gagnant ». Non, Kiki, ne rêve pas, Guillermo Villas et Jimmy Connors ne reviennent pas disputer la finale de Roland Garros. Il s’agit plutôt du retour à l’emploi. A tout seigneur (et non pas senior !) tout honneur, je cite mon amie Nathalie C. comme source précieuse de l’info. Nathalie si tu m’entends me lis, top respect. Donc disais-je, retour à l’emploi des grisous, des têtes chenues, des vieillissants, des pas tout jeunes, bref des « Seniors ». Et que lit-on ? Ceci :

« Comment aborder la question du salaire ? Si votre impératif est avant tout de retravailler, désamorcez ce qui est un frein pour bon nombre de recruteurs et dites très clairement (dans votre lettre de motivation, dans votre CV et en entretien) que la question du salaire est secondaire pour vous, que vous saurez vous adapter et que c’est le poste qui vous intéresse ».

Ah ben voui, suffisait d’y penser. Si ces fiottes de seniors, y rebossaient pour des queues de cerise, y seraient vachement plus vite réembauchés ! Le problème avec les salariés, c’est qu’il leur faut toujours des salaires ! Pas étonnant que le taux de chômage des plus de 50 ans reste à un niveau si élevé ! En plus l’auteur de l’article a un patronyme qui fait autorité pour affirmer cela. Elle s’appelle Anne… Lavoine (sic…)

D’ailleurs, j’ai décidé de suivre les recommandations avisées de ce magazine. Dès l’année de mes cinquante ans, je solliciterai un entretien avec mon supérieur hiérarchique pour lui demander de baisser mes émoluments. Et si jamais il y en a, chers et nombreux et loyaux lecteurs, qui par hasard seraient déjà dans ce cas-là, je vous encourage à faire de même. Allez, zou, dès demain matin, dégraissez-vous vous-mêmes. Il n’est jamais trop tard pour bien comprendre les règles du capitalisme moderne.

RV

Ici le texte intégral du magazine CAF. Et un article sur l’appel de l’inspecteur breton…