Par RV

Avez-vous remarqué qu’en général ce que j’écris ici n’est pas drôle ? Non, je ne suis pas en train de faire un accès de chochotterie. Simplement les sujets que j’aborde ne sont pas franchement à hurler de rire.

En outre, je n’ai pas fait de billet sur la politique française depuis le 5 août. C’est assez long comme période de disette quand on y pense. Pis comme Kiki est occupée à un certain nombre de projets qui n’incluent pas, pour l’instant, le retour au blog, va falloir que j’essaie de retrouver de l’audience. C’est vrai quoi, en ce moment, à part le jour ou plein de gugusses m’ont pris pour le spécialiste européen de la Géorgie, y’a pas foule. Voyassez vous même ce graphique (non truqué !) qui montre au moins que j’avais raison de dire que le Caucase est le toit de l’Europe.

stats-aout-2008.1219948345.jpg

Alors donc voilà le défi que je me lance : vous parler de politique tout en vous faisant rire.

Et ben j’ai trouvé : je vais m’inscrire au PS.

Ben quoi ? Y’a plein d’avantages.

D’abord, je n’aurai plus à choisir entre mon vieux marxisme chaotique, chronique et flapi, et le libéralisme. Je serai, comme mes dirigeants, acquis au marché. Finis les scrupules à enchérir sur e-bay pour acquérir à vil prix n’importe quoi quitte à arnaquer n’importe qui.

Ensuite, j’irai à La Rochelle tous les ans. Pour l’université d’été du PS. J’adore l’Atlantique, ça me rappelle mes vacances d’enfant à l’Ile d’Oléron. J’aurai juste besoin de m’acheter une veste à porter sur l’épaule. Et une chemise avec des rayures discrètes. Et un déo anti traces blanches, du reste c’est le seul truc de la liste que j’ai chez moi actuellement.

rv-au-ps.1219952764.jpg

Pour continuer, j’aurai une grande famille. Unie dans la défaite comme dans la… euh, défaite. Personne pour dégoiser dans le dos, personne pour solder le présent au profit du futur de dans 4 ans, pas de luttes fratricides, que des gens occupés à préparer comme des bêtes l’alternance. Comme des bêtes.

De par mon pedigree vaguement plus coco que la moyenne (et surtout que la Mayenne, terre de droite…), on me nommera responsable des relations avec le NPA d’Olivier Besancenot. En plus je suis né à Besançon, alors je suis tout trouvé pour le job…

Qu’est-ce qu’il y a d’autre… Bon, si je me débrouille bien, dans cinq à dix ans je suis sur une liste aux cantonales, dans dix à quinze ans en position inéligible sur la liste aux Européennes et, avec un peu de persévérance, je ferai partie du « think tank » du vainqueur de la Présidentielle 2027.

2027, parfaitement. J’aurai 59 ans, âge de la maturité politique, et en plus d’ici là si j’augmente d’un chouïa mon cynisme je pourrai être dans le camp du vainqueur, quel qu’il soit. La Kouchner Attitude en somme.

Voilà, j’ai fini mon p’tit billet. Oui, je me doute que vous ne vous êtes pas spécialement bidonnés, comme annoncé. Alors je reprends : vous parler de politique tout en faisant rire. Jaune.

RV