Par RV

« Je n’ai pas dit qu’elle était dangereuse, j’ai dit qu’elle était inférieure à l’hétérosexualité ».

Pour ces propos relatifs à l’homosexualité, Christian Vanneste, député UMP du Nord, a d’abord été condamné en 2005, puis aujourd’hui même blanchi par la cour de cassation.

Fort bien. Nous comprenons donc que la discrimination, c’est pas bien, mais que la discrimination envers les homos, c’est pas grave. C’est de la liberté d’expression. Hein, faut dire que sans les blagues sur les pédés on saurait plus quoi dire, à part les blagues sur les bonnes femmes.

Fidèles lecteurs, vous sentez la colère froide agiter de soubresauts compulsifs les sourcils qui, d’ordinaire, restent courtoisement de simples ornements sur mon front.

On a donc parfaitement le droit de déclarer que les homosexuels sont inférieurs aux hétérosexuels. Ah, non, pardon, que l’homosexualité est inférieure à l’hétérosexualité.

Mais juste ciel, il faut donc que ces braves hétéros, dont je suis (j’ai failli dire hélas vu les circonstances !!!) aient une trouille bleue des homos pour dire ça !

Et quelle trouille plus profonde agite Vanneste, et tant de misérables autres, que cette vérité éclatante et terrifiante pour eux : l’homosexualité abolit l’inégalité des sexes au sein du couple. Plus de mâle dominant et de femme soumise. Se trouve-t-on dans le cas inverse ? Plus de mégère acariâtre et de gringalet confit dans la lâcheté.

La preuve ultime de cette théorie se trouve dans la sempiternelle demande dégoulinante de connerie salace concernant les homos mâles, que nous avons entendue trop souvent : « qui c’est qui fait la femme ? ». Ahah.

Alors outre que le sieur Vanneste ne mérite que mépris, que la cour de cassation n’a pas été fort finaude sur le coup, et même qu’elle a joué avec des allumettes propres à flamber les robes de ses membres – qui n’ont rien de drag-queenesque en l’occurrence, je conclurai par une aimable sommation. Au nom de la gauloiserie traditionnelle, on est peut-être obligé d’entendre occasionnellement des grivoiseries sur les homos ; on est aussi libre d’y répondre, la mâchoire crispée.

RV