Par RV

Avant de vous inciter à continuer la lecture de ma filiale littéraire (…), je voulais vous dire deux trois trucs.

En premier lieu, je ne sais pas ce qu’est un « cathéner ». Je ne sais même pas comment ça s’écrit, la preuve ! C’est comme le langage des marins, des danseurs et des cavaliers. C’est un mot super-mystérieux que quand tu le connais tu fais partie d’une élite de la mort qui tue sa race je te dis pas.  Alors en cette période d’incident SNCFiques, je suis au supplice (oui bon j’ai quand même compris que c’était u truc en rapport avec les trains, hein !).

En deuxième lieu,  je me pose des questions sur la gauche. Sur toute la gauche, pas le PS tout seul. Il n’y a pas longtemps je me suis plus ou moins décidé à soutenir Mélanchon. N’empêche, si on veut un jour retrouver le pouvoir, même en étant un simple pousse-au-cul du PS sans endosser d’habits de ministres, quelle allure ça donne que la « gauche gauche »(j’aime pas « extrême gauche », je ne me sens pas du tout extrémiste et ça fait penser à extrême autre-chose par analogie langagière) soit autant divisée ? Car je ne sache pas que pour l’instant, LCR, PCF, NPA, LO et autre Nouveau parti de Gauche du susmentionné JLM aient prévu de s’unir ! Sans parler des Verts, en tout cas de ceux des Verts qui se disent à gauche.

Finalement, c’est peut-être mon inconscient torturé par la situation politique actuelle qui a pondu cette histoire à suivre, dans laquelle un type normal découvre un monde pulvérisé et recomposé anarchiquement, et dans lequel il n’a plus de repères…

RV