La science pour tous en un clic


par Kiki

En ce 272ème jour de pluie depuis le début de l’année 2008, s’il est bien un être vivant joyeux sur cette planète, c’est bien lui, lui, l’escargot.

Dans un souci constant de partage du savoir et dans notre catégorie « La science en un clic » c’est donc sur l’escargot que PosutoBlog va focaliser toute son attention aujourd’hui.

Nous ne nous abaisserons pas à le traiter de mollusque (et non pas « à l’insulter de mollusque« , ne nous remerciez pas Monsieur Finkielkraut, c’est naturel).

Soyons clairs, c’est un gastéropode (du grec gastêr, « estomac« , pous, « pied« , ce qui laisse sous-entendre, prouesse des prouesses, qu’il marche sur son estomac, comme d’autres marchent sur la tête –les caputopodes– ou sur des oeufs –les ovopodes-).

Wikipédia nous apprend qu’il est phytophage (un mot complexe pour dire qu’il mange plutôt des trucs en herbes, en feuilles, en plantes et en machins qui poussent dans le sol). Il est aussi très mystérieux. La preuve :

Les espèces les plus discrètes restent très mal connues. Il en existe de nombreuses espèces, dont sans doute beaucoup encore inconnues de la science. Rien qu’en Slovaquie, les spécialistes ont identifié cinquante-trois espèces aquatiques (en eau douce) et cent soixante-quinze terrestres, soit un total de deux cent vingt-huit espèces, soit beaucoup plus qu’aux Pays-Bas où cent soixante-neuf espèces ont quand même été identifiées (cinquante-deux en eau douce et cent dix-sept sur terre).

(et c’est sans compter les soixante-douze sur les graviers, les dix-sept derrière des granges et les vingt-neuf sur une clôture répertoriés par nos services)

La coquille de l’escargot est hélicoïdale, ce qui est proprement de la folie, surtout quand on pense que cette bestiole doit calculer son coup et se livrer à un exercice que moi-même, enfin bon, je vous fais juges :

u\in\mathbb{R}, \quad v\in\mathbb{R}

x=v\cos(u)\,

y=v\sin(u)\,

z=u\,

Tout ça pour un résultat optimum bleu avec des reflet violets :

helicoide.1213532868.jpg

Nous vous demanderons, si vous avez deux secondes, de respecter une minute de silence à la mémoire du premier homme qui mangea un escargot (fallait-il qu’il ait faim) et dont le nom tomba dans l’oubli de manière irréversible.

Nos respectueuses pensées, donc, à ce Manducagastéropode (du verbe manducare, « manger« , gastêr, « estomac« , pous, « pied« , c’est à dire littéralement Celui qui mange son estomac avec ses pieds, mais là, je sens que ça dérape et que l’on s’éloigne du sujet de façon plus qu’hélicoïdale de la mort qui tue, puique nous voilà avec le nom d’un chef indien d’Amérique peu aimé de ses proches, en tout cas moins que Nuage éclatant ou Taureau majestueux, et entre nous, hein, où est le rapport …?).

Qui plus est, l’escargot, nous dit Wikipédia, a la propriété de récupérer dans son corps gracile tous les ingrédients nocifs qui polluent le territoire. N’oublions donc pas qu’en dégustant une assiette d’escargots au beurre à l’échalote, on ingère également quelques grammes de cadmium, plomb, zinc, cuivre, mercure et arsenic ainsi que plusieurs morceaux de vieille dentelle.

Nous continuerons avec quelques photos prises sur le vif dans le Posutojardin, au réalisme touchant (pas le jardin, hein, les photos) :

escargotsveridiques.1213534681.jpg

Nous finirons avec quelques références culturelles :

Cinéma : Un escargot nommé Désir (Elia Kazan), Un escargot à Paris (Vincente Minneli), Le Bon, la Brute et l’Escargot (Sergio Leone).

cinema-escargot.1213537731.jpg

Littérature : Escargot au poing (H. Bazin), La Dame à l’escargot (A. Dumas), Les chroniques de San Escargot (A. Maupin).

livre-escargot.1213538412.jpg

Après relecture, il semble que ce dossier mérite d’être accompagné de toutes nos excuses.

Pardon.

Kiki

PS : à propos de recettes d’escargots et pour me faire pardonner, ci-joint un blog de recettes super-miam. Avec un avant-dernier billet qui parle de théâtre (mais si, c’est cohérent. Il n’y a qu’à penser aux performances dramatiques d’un Achatina fulica dans Cyrano, ou d’un Cepaea nemoralis dans Six personnages en quête d’auteur…

Encore pardonOh ben si...).

Publicité

par Kiki

Un voleur de nains de jardin, soupçonné de vouloir décorer à bon compte les pelouses entourant sa demeure, a été démasqué par les gendarmes dans la commune du Russey (Doubs), a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Encore une preuve d’amateurisme. C’est pitié de constater comme le niveau baisse. Ce voleur est sans doute victime d’un lourd passé, ou pire, de la méthode globale, qui n’a pas fini de mettre au jour ses conséquences funestes. Car bien déguiser son forfait est tout un apprentissage.

Toujours prompt à tendre vers le progrès de tous, le Posuto Blog vous propose son Dossier Spécial Juin :

Comment maquiller proprement un nain de jardin et le rendre méconnaissable, même de ses proches

KIT 1 : Agrume Story

nainfootfruit.1212960875.jpg

KIT 2 : Le Brando

naindejardinbrouette.1212960795.jpg

KIT 3 : Exotique

nainfruits.1212960858.jpg

Nos Kits sont en vente dans tous les bons magasins de vente de Kits.

Kiki

PS : oui, bon, j’ai encore voulu jouer avec Paint à des fins de satisfactions heureuses, personnelles, égoïstes et autocentrées. J’avoue tout. Mais faut pas croire. Le reste du temps, quand je ne joue pas à Painter des nains de jardins, je bouquine et je cafte à propos d’Annie Dillard, de Thierry Vila, de Christophe Léon et même de Nancy Huston. Alors m’approcher de la Nanomanie, c’est ma récré à moi.

 

 

par Kiki

Dans la série « J’ai un but louable dans la vie, laissez-moi deux secondes et je vous le narre dans l’instant » :

voilà notre PosutoDossier du mois :

Quel type d’inventeur es-tu, au fond, sérieusement,

hein, entre nous, allez,

en toute franchise, hein, allez ?

Si tu es du style à inventer la roue, tape 1.
Si tu préfères inventer la tapette à mouches, tape 2.
Si tu te vois mieux comme inventeur de la bouche artificielle, tape FuturaSciencesActualité.

Comme ce projet, le FLAveur VIsion Comportement du Consommateur (FLAVIC) se passe à Dijon, tu pourras aussi inventer la moutarde, by the way (comment ça, trop tard ?).

Cette bouche artificielle n’est point pulpeuse, ni aguichante. La preuve en image :

bouche-artificielle.1210274620.jpg

Un peu de glamour ne serait pas du luxe, non ?

boucheartificielleglamour.1210274660.jpg

…Certes, ce projet revisité au gloss à paillettes est peu convainquant…

Mais, il faut dire qu’il est, à la base, problématique. Le fait qu’ « Un tel dispositif intéresse bien sûr l’industrie agroalimentaire, toujours à la recherche de moyens pour anticiper les réactions des consommateurs. » me gêne un peu. Ben si.

Sans compter que si c’est pour faire tester du cassoulet, des chips au bacon ou du riz qui ne colle jamais, y’a sûrement quelque part des gens volontaires pour se prêter à l’expérience pour pas cher, ne serait-ce que parmi ceux qui, d’ordinaire, crèvent de faim.

Alors, franchement, je me demande si ça vaut le coup d’inventer un truc pareil…

Mais dois-je la ramener, moi à qui on ne demande rien, et dont certains chuchotent sous le manteau que je n’aurais pas inventé l’eau chaude, ni même l’eau tiède ? (Hein ? La froide non plus ? Ah, que vous êtes durs.)

Ben, si j’en avais les capacités, qu’inventerais-je donc ?

Comme toutes les Miss Kekchose, j’inventerai un machin pour favoriser la paix dans le monde, forcément. Et puis, comme c’est très difficile, et même un poil trop ardu, du coup moi aussi, je me tournerai vers des projets moins légitimes et plus futiles…

Comme le PACAFAEX (PAquet de CAfé qui s’ouvre FAcilement sans EXploser partout) :

cafefermetureeclair.1210276236.jpg

Ou le SCOKONTOUBOU (Le SCOtch KON retrouve TOUjours le BOUt) :

scotchcadenas.1210276943.jpg

Ou encore la CHAUSSETTE MIRACLE (une fois passée par le tambour de la machine à laver, elle ne perd JAMAIS sa jumelle, c’est un MIRACLE):

chaussetteschaine.1210277616.jpg

Bon.


Maintenant, je vais ré-inventer la fatigue. Et le repos par la même occasion. Ah, une fois qu’on commence à inventer, mais c’est qu’on ne s’arrête plus, dites donc.

Kiki

par Kiki

Oyez, Oyez, bonnes gens ! Le répulsif anti-jeunes est arrivé !

Il se présente comme un simple boîtier, maniable, seyant et propre sur lui.

Il ressemble un peu à un mini haut-parleur, et c’est presque le cas puisqu’il émet un son que seule la jeunesse peut entendre. Ce son est si joyeux que les tympans de la jeunesse se fêlent si elle décide de rester à côté. C’est pourquoi la jeunesse fout le camp. Ouf.

mosquitoantijeune.1208028238.jpg

(je ne sais pas ce que vous en pensez, hein, mais les jeunes, quelle plaie, moi je dis, débarrassons-nous des jeunes, oui, de tous les jeunes, et le monde sera tellement bien plus calme et tellement beaucoup plus beau plus mieux ! Cette belle et bonne entreprise est d’ailleurs à mon sens un peu tiède. Ah, comme je regrette cette lâcheté latente qui caractérise le genre humain ! Caramba ! Triple cornemuse ! Allons jusqu’au bout ! Parquons les jeunes sur une île et enlevons le bouchon. Ou arrangeons-nous pour qu’après neuf mois de gestation le petit d’homme naisse vieux.)

Ce boîtier est actuellement utilisé au Royaume Uni (3500 exemplaires vendus), au Pays Bas, en Belgique et arrive tout doucettement en France.

Ah mais c’est que j’entends d’ici crier ces Droidelomistes toujours si prompts à prendre la mouche pour des billevesées !

Rassurez-vous, belles demoiselles, gentils damoiseaux, nous sommes en France !francecoqembleme.1208029694.jpg Il y a entre la France et les autres pays d’Europe une différence de taille :

cet appareil est nommé Mosquito un peu partout. C’est franchement peu glorieux de comparer un jeune à un moustique moustiquehorrible.1208029675.jpg, un parasite, un nuisible. Hou. Honte sur vous, vous, les royaumuniens, les paybasants et les belgiqueux ! Nous, en France, on a quand même un fond d’Humanisme, permettez !

Du coup, chez nous, ce produit s’appelle Beethoven (un peu de culture ne nuit pas et profiter de toutes les opportunités pour en distiller de ci de là est une sainte mission qu’il convient d’encourager avec véhémence).

Du coup et par conséquent, j’attends avec Impatience (elle passait par là, j’y ai dit T’as un truc de prévu, Imp’ ? Elle a répondu Non, j’attends avec toi. Chouette fille.) les futurs prototypes des futurs procédés antikekchose.

C’est qu’on a du pain sur la planche.

J’ai bien quelques propositions…

boitierdandy.1208030406.jpg

boitierantipollueur.1208030394.jpg

boitieranticons.1208075088.jpg

…mais je ne possède pas les capacités techniques de les mettre en oeuvre. Je compte sur la savante sagacité d’un sage savant éclairé.

A moins que d’ici là, on ne mette au point un boîtier anti-invention dégradante ?

Kiki

PS : Un PosutoJeu pour les lecteurs les plus perspicaces :

Dans un article du Monde, deux réactions face à cet objet sont relatées. L’une est de droite, l’autre de gauche. Saurez-vous les identifier ?

1-ces boîtiers « qui diabolisent les adolescents, peuvent pénaliser des innocents et portent atteinte aux droits de l’homme« .

2- il faut soutenir « toujours ceux qui respectent la loi, au détriment des bandes de voyous ».

Postez vos réponses avant la date limite, le café de la Poste fera froid.

par Kiki

Triste nouvelle.

Mission Impossible, c’est fini.

missionimpossiblefini.1207253369.jpg

C’est fini parce que ça ne pourrait plus exister pour du vrai de nos jours.

Il est dorénavant impossible d’échanger deux valises parfaitement semblables vues de l’extérieur comme dans l’épisode 2737… (alors que l’une contient les plans ultra secrets du sous-marin soviétique « L’Abyssal » – c’est à dire L' »глубинный » soyons précis-, et que l’autre est finement remplie de caramels mous – ou plutôt мягкая карамель, on y prend goût à cette langue franchement aussi décorative que mystérieuse, non ?-)

De nos jours impossible aussi, comme dans l’épisode 7248, de subtiliser une statuette… (qui cache dans son socle les plans sur microfilm du porte-avion soviétique « Le Tarass Boulba » aussi nommé le « Tarass Boula » en russe, c’est décevant ce traducteur et pour le coup, cette langue est attendue et sans imagination) de sa vitrine de Musée, pour la remplacer par sa copie en savon (Greg Morris étant un dieu de la saponification falsificatrice).

Bé oui. Impossible. Car maintenant :

il y a la poussière intelligente !!!

poussierefinaude.1207251897.jpg

(pas chez moi, notez bien. Chez moi, la poussière est d’un tarte à pleurer, pas un axiome d’Euclide, pas un vers de Racine, et je peux marcher dedans en long et en large, rien sur le néokantisme de base, c’est affligeant)

La poussière intelligente est imparable :

« Les puces sont en effet discrètement placées sur les objets à protéger, voire sur les badges des employés, et les capteurs secrètement répartis dans les murs, plafonds et planchers des bâtiments à surveiller (entrepôts, bureaux, hôpitaux, prisons, et même « lieux de crimes possibles »).

Mieux, le système propose également de saupoudrer à même le sol des poussières d’identification (ID-Dust) afin qu’elles se collent aux semelles des « voleurs et intrus (qui) ne voient rien : seul les employés de la sécurité connaissent l’existence du système et le personnel est surveillé sans son consentement ». »

Bon.

Si j’étais un membre de Mission Impossible, je passerais l’aspirateur partout.

(Oh ? Mais !?!… C’est déjà ce que je fais !!!

Je fais donc partie de l’équipe ?

Yes ! Allez Monsieur Phelps ! On y retourne !

Ta lan lan …)

Kiki

 

par Kiki

AAhhhh !!! Immenses dépôts de sel à la surface de Mars !!!

Nouvelle d’importance, me dis-je. Parce que ça change les perspectives !

changementperspective.1206192730.jpg

Dans le cadre de la Mondialisation qui file gaiement vers l’Universalisation, c’est tout un secteur économique qui va s’en trouver modifié :

selmars.1206193027.jpg

Qui plus est, il est dit dans cet article que :

« On ne peut s’empêcher de faire la comparaison avec certains sites terrestres où des bactéries emprisonnées dans le sel ont pu être réanimées après plusieurs millions d’années de vie latente. »

Je ne sais pas qui est ce ON qui ne peut, mais moi c’est sûr que je ne peux pas. Les bactéries réanimées, je vois tout de suite ce que ça donne :

bacterienawak1.1206193136.jpg

bacterienawak2.1206193157.jpg

bacterienawak3.1206193183.jpg

Et ça fout les chocottes grave.

Bah. Les changements, c’est le sel de la vie.

Tout change.

Par exemple, les décisions d’hier…

libesarkoafghanistan.1206193637.jpg

… ne sont pas celles de demain …

sarkoinfoafghanistan.1206193784.jpg

Quel est le rapport me direz-vous ?

Aucun, certes. C’est d’ailleurs toute la beauté du concept.

Je concluerai avec « un Mars et ça repart », ce qui est facile comme bilan, mais bon, la vie étant bien assez rude comme ça, ce n’est pas la peine d’en rajouter (tout le bon goût du café ! MarSwell qualité filtre…).

Kiki

par Kiki

Le monde passe par nos sens (bravo Kiki, si tu vois une autre porte ouverte, pas d’hésitation : l’eau est humide et les pieds ont des orteils, plusieurs).

Le monde ne passe que par nos sens. Nous n’en avons que 5. D’où l’apparition du 6ème dès que notre compréhension hoquette (pas moquette mokette.1205317233.JPG un peu de concentration ne nuira pas, en plus cet échantillon ressemble à un p’tit beurre ce qui m’égare un peu mais reprenons, compréhension-hoquet, Hic).

D’où notre appel au paranormal dès que nos sens ne nous traduisent rien de compréhensible.

« Je pense donc je suis » (comme disait Francis, qui le tenait de Pédro, qui l’avait entendu de la bouche de Roberta qui racontait que Jeanne-Suzette lui en avait parlé, mais je me demande si ces précisions vous aident beaucoup).

Je me contente ( contente.1205317480.jpg) de vous soumettre ici la célèbre citation :

« Je ne pense que ce que je peux ! Et donc je ne suis que ce qu’il est possible que je sois, non, fusse, non, sera, enfin j’me comprends ! » (Acte I, scène 12, mais le titre de la pièce m’échappe)

C’est avec nos limites que nous interprétons le réel. Ci-joint l’anecdote de Doutes à gogo, OVNI, Puissances extraterrestres ou divines, eh oui, on fait comme qu’on peut avec nos outils qu’on a qu’y faut faire avec comme qui dirait (pour parler bien).

Et quand la compréhension est bloquée par le mur des sens, c’est l’imaginaire qui prend la suite, et là, plus de limites !

Conclusions : nos limites ne nous limitent pas (je vais prendre un aspro et je reviens).

Et même, notre imaginaire modifie notre perception du monde, ceci constituant un cercle parfait.

Un schéma sera plus parlant :

 

schemamonde.1205309520.jpg

Où veuillé-je en venir ?

Ben laissez-moi le temps.

Une nouvelle de William Boyd me trotte dans la tête : celle d’un jeune soldat blessé, pratiquement réduit à l’état de légume, qui peu à peu va retrouver une mémoire, mais pas la sienne, celle du personnage principal du roman qu’il écrivait avant sa blessure, la mémoire fictive de l’illusion qu’il avait crée. L’imaginaire plus réel que le réel du coup.

femmesurlaplageavecunchien.1205309903.jpg

Où veullé-je en venir derechef ?

Ben nulle part faut croire.

Et qu’est-ce que vous pouvez bien faire de ça ?

Ben rien. C’est juste que je me dis que le monde, dans nos têtes, n’est qu’un extrait imparfait, limité et incertain du monde réel, et un très petit en plus. On devrait être livré avec une dose d’humilité en conséquence.

Kiki

PS : par contre, dans les certitudes, il y a celles qui disent que les nouvelles sont mauvaises pour les bestioles, ici et , et sans parler de la cohérence du là avec le ceci. Les nouvelles des gens du genre humain aussi ne sont pas très bonnes, mais j’ai pas assez de place pour mettre tous les liens qui y font référence, aujourd’hui et les jours précédents, en gros depuis l’époque ou Lucie lucie.1205313195.jpgaustralopithéquait

in the sky with diamonds


par Kiki

En fait, notre Soleil ne devrait devenir une géante rouge que dans 7,6 milliards d’années.

De nature inquiète, je dis: préparons-nous tout de même, on aura l’air moins cake (surtout vous. Oh, ne le prenez pas mal… bon d’accord, surtout moi.).

Pas de panique.

« Notre civilisation sera suffisamment avancée pour construire une machine de Von Neumann et exploiter en quelques générations le minerai lunaire (…) pour construire un anneau solaire autour de la Terre. »

Illustration :

anneauterre.1204563589.jpg

« Une autre stratégie, exposée par Hubert Reeves dans un de ses livres, serait d’utiliser l’eau des océans de la Terre pour alimenter des réacteurs à fusion contrôlée et des moteurs à plasma pour lentement déplacer la Terre de son orbite. »

Illustration :

bateauterre.1204564544.jpg

« A moins que la clé des étoiles ne nous soit donnée dans beaucoup moins de temps ».

Ho ? la clé des étoiles n’est-elle pas un groupe doré à l’or fin ?

Noooooonnn : c’est pire (ou plus mieux selon qui on est et où on va) c’est LE voyage ultime.

lamachineaexploreletemps.1204638595.jpg

Pour survivre, les civilisations futures devront migrer vers le passé. C’est à dire (pourquoi pas ?) vers nous.

Je propose d’attendre sagement qu’ils arrivent, non pas les petits hommes verts, mais les grands Hommes de Demain.

Seront-ils sages et éclairés ? (j’ai pas dit phosphorescent, j’ai dit éclairé)

hommedemain.1204637122.jpg

Ben, je croise tous les doigts dites donc.

Sinon, j’y pense, le message envoyé aux Extra-terrestres en 1973, notre carte de visite dite Plaque de Pioneer, doit être modifiée. Parce qu’on a l’air de leur dire « Viendez, viendez, tout va bien ! On est une bande d’intellos à poil très sympathiques  » :

pioneerplaque.1204634003.jpg

 

Alors que pas du tout !

Je me demande si ça ne tombe pas sous le coup de la loi genre publicité mensongère (article L.121-1 ).

Je propose quelques ajouts :

pioneerplaquemodif.1204635214.jpg

 

 

Bon, j’ai pas le temps de rajouter d’autres trucs importants mais il faudrait.

Je propose qu’on prépare une Planche de Pioneer 2 dûment modifiée (avec précision, lucidité ET un marqueur indélébile), qu’on attende les Hommes de Demain qui ne vont pas tarder à venir, qu’on leur donne la plaque pour qu’ils aillent en 1973 faire l’échange (subrepticement) avec celle d’avant.

Ah, aussi, j’allais oublier : dès que je trouve un Homme de Demain, je lui demande ce qu’il peut faire, sérieusement, hein, il faut agir pour cette histoire de Max Gallo (…en même temps, ça va demander tellement d’énergie… est-ce bien économiquement raisonnable ?…)

Kiki

Par Kiki

Pour célébrer son cinquantième anniversaire, la NASA envoie aujourd’hui vers les étoiles la chanson « Across the universe« , des Beatles, enregistrée il y quarante ans.

[kml_flashembed movie="http://www.youtube.com/v/lsuSCwTdxOo" width="425" height="350" wmode="transparent" /]

Si c’est pas la meilleure nouvelle de la semaine, ça !

Il paraît que « le message arrivera dans 431 ans dans les parages de l’Etoile Polaire, très affaibli« .

Ben, si je suis encore dans le coin, j’applaudirai de tous mes carpes et métacarpes (avant de me dissoudre en poussières verdâtres très décoratives).

C’était la séquence nostalgie-émotion-galaxie-scarabées-billet minimaliste.

Kiki

PS : je rappelle que l’étoile polaire n’hiberne pas, c’est l’ours, et elle ne se lave pas à 30 °, c’est l’écharpe. Le premier qui pense que Paul erre est né bien après moi. Ah.

par Kiki

Une bonne nouvelle. Certains d’entre vous ne sont pas géphyrophobiques.

Qu’est-ce donc ? vous demandez-vous avec cette curiosité juvénile qui vous caractérise.

Jetons-nous sur le dernier Courrier International en date pour en savoir plus, rubrique insolite :

« Géphyrophobie

A la seule mention du mot “pont”, vous vous sentez défaillir : vous haletez, votre cœur bat la chamade. Vous souffrez de géphyrophobie – la phobie des ponts –, et vous n’êtes pas le seul. Aux Etats-Unis, plusieurs Etats viennent au secours des conducteurs terrorisés. L’Etat de New York emploie un chauffeur pour transporter les phobiques d’un bout à l’autre du Tappan Zee Bridge, qui s’élève à près de 50 mètres au-dessus de l’Hudson. Même service au Mackinac Bridge, interminable pont suspendu sur le détroit de Mackinac, dans le Michigan. Au San Francisco-Oakland Bay Bridge, on préfère guérir que prévenir : une dépanneuse treuille les conducteurs terrorisés, rapporte The New York Times. Comme un malheur n’arrive jamais seul, la géphyrophobie est souvent associée à d’autres troubles : le vertige et la peur des tunnels. »

Attention.

C’est ici que les géphyrophobiques doivent fermer les yeux. Top chrono.

ponts.1201892275.jpg

(ce blog est d’un sadisme inacceptable)

Une simple recherche sur Google et la liste des phobies apparaît, irradiante, telle Venus sortant de son coquillage. La preuve :

naissancedeliste.1201895529.jpg

Et là, c’est tout un monde de dangers qui s’éveille, de l’alopophobie (peur des chauves) à la dicophobie (peur des dictionnaires)…

Ci-dessous une illustration-test propre à déceler en ces lieux un malheureux alopodicophobe qui s’ignore :

dicochauves.1201895342.jpg

Par contre, il y a des oublis dans cette liste :

Je ne vois nulle part la

loyerHlmNeuillyphobie (la peur de payer un loyer correct)

ni la laïcAnéantissementphobie (la peur de manquer de laïcité)…

Vous remarquerez que je vous parle en toute franchise et sans catagelophobie (peur du ridicule). Par contre, j’ai une arachnophobie en double. Je suis prête à l’échanger contre une khéloniphobie (peur des tortues) même en mauvais état (y’a pas de tortues dans ma rue).

En résumé, je ne vais pas si mal que ça, finalement, d’où le titre de ce billet. (eh oui, une fois de plus le titre est en rapport, même lointain, avec le billet ! Comme quoi y’a pas de hasard)


Kiki

PS : Au concours de la phobie c’est la phobophobie (la peur d’avoir peur) qui gagne haut la main. Sauf si elle a peur de gagner. Houlala…

Page suivante »