N’empêche que j’étais bien content quand un tout jeune sociologue m’a dit ça il y a des années, à la fac de Lyon 2 : « Ouais, ça c’est de la violence symbolique, c’est à dire qu’elle te fait te sentir tout con en te déclarant qu’un truc obscur pour toi est en réalité évident, ou très connu, ou implicite ». m’avait alors expliqué Bernard Lahire, qui a depuis fait son chemin (si tu passes par ici Bernard, une chance sur un million, mais salut amical !).

Les exemples abondent. Celui qui m’a marqué, et pardon à l’avance pour les lecteurs qui se sentiront stigmatisés, provient des marins. A leur écoute, je me sens, ben, comme diraient les gosses, « double-cassé » !

Ainsi, entendre un marin évoquer sa passion a toujours résonné comme suit à mes oreilles : « En rabloutant les gréments du fennec d’arbiture, les safrans ont pété, alors tu vois bien, pas possible de fligraire la joutille d’arbouse ! En plus la météo créchenait à n’en plus pouvoir, genre pot-au-noir dans les trouzièmes rugissants, et ma balise grabos refusait de se bregnoller au furnube des gardes-côtes. Galère, si j’ose dire pour un marin… T’as compris ? Galère, marin, humour, hein !.. ». J’ai même entendu une fois un gars dire à la fin d’un discours du même tonneau (si j’ose dire pour un marin…) « C’est un truc que les gens de mer comprennent bien »… Faut croire que je suis vach’ment terrien, purée !

Bon, mais me direz-vous, ici c’est davantage de l’ignorance d’un champ lexical particulier que de la violence symbolique. Oui ben cqfd, le début de cette phrase EST de la violence symbolique (pas « me direz-vous », hein, le « champ lexical particulier »).

la-violence-symbolique.1171393419.jpg

Ne vous-êtes vous jamais trouvé au milieu de gens évoquant goulûment un film sud-urugayen passionnant, « oh la scène de l’identification symbolique des stigmates post-freudiens, quelle claque ! ». Et vous, intérieurement, hurlant, criant, suppliant « les clés, donnez-moi les clés de la pigeation du truc pitié !!! »

Dernier exemple que TOUT LE MONDE A CONNU AU MOINS UNE FOIS DANS SA JEUNESSE, c’est le prof qui vous balance une citation latine, ou le nom d’un auteur néérlandais du bas Moyen Age, ou la formule chimique du zigragne au Blidkerg, et qui ajoute dans un demi-sourire entendu « c’est connu, pourtant », comprenez « moi je connais mais pas toi, admire mon pouvoir, nanananèreuh ! »

Vous savez quoi, écrivant ces lignes, il m’apparaît une chose toute bête, d’autant que c’est Kiki qui vient de me la souffler (oh punaise la violence symbolique de couple qu’y vient de larguer le gars !) : les violents symboliques ne sont pas sûrs d’eux,ce sont des grands timides, il faut beaucoup les aimer. Pour qu’ils prêtent les clés de la pigeation de temps en temps.

RV