J’étais parti pour raconter des conneries.

Tout avait bien commencé. Annonçant fièrement mon intention primesautière à la Kiki, à savoir écrire un billet léger et humoristique, celle-ci me rétorqua tout de go « Comment tu vas faire pour être drôle ? », ce que j’interprétais illico comme un subtil mélange de défi à ma sagacité et d’ironie mordante…

Puis la journée passa, belle comme un jour de pluie, c’est-à-dire moche pour la plupart d’entre vous, mais sachez quand même, parce que comme dit ma psy j’ai grand besoin de reconnaissance, que j’aime bien la pluie, au motif qu’elle permet la plupart du temps de garder les cons dans leurs clapiers…

Oui, la journée s’égrena. Puis les 100 propositions de la candidate socialiste arrivèrent. Et avec elles les critiques en ligne, comme souvent très fournies : « comment qu’è va payer tous ces trucs, des promesses encore des promesses, de toute façon elle y connaît rien c’est une incompétente (par parenthèse j’invite les Royalophobes à regarder en toute honnêteté le bilan de SR dans les divers ministères qu’elle a occupé, ce n’est franchement pas honteux), c’est des recettes du passé…

Ben voilà, j’ai pu envie de déconner. Donc je vais causer genre 1er degré de base, genre même zérosième degré.

On attendait un programme, il est là. On attendait un programme de gauche, alors là je sais pas ce qu’il vous faut mais si celui-là il est pas de gauche, c’est qu’il faut réviser votre perception de la latéralité politique. On attendait des choix clairement sociaux, clairement progressistes, on les a. Quand je dis On, c’est pas pour dénoncer les copains, mais c’est pas que Kiki et moi… Bref, pas la peine d’en raconter des tonnes, les propositions c’est , par exemple.

jetais-parti-pour.1171219288.JPG

Un dernier mot : le thème politico-économique à la mode, c’est le truc sur les déficits, la dette de la France, ohlala, c’est énorme, énormeuh !. Ouais. Donc qu’on m’explique comment font les USA, pays le plus endetté du monde, et modèle avoué de ces pourfendeurs de la dette française, pour ne pas être qualifiés de gaspilleur universel ? Et l’on retombe dans le « 2 poids 2 mesures ». Remarquez, y’en a une qui a l’habitude du procédé, vous savez, celle qui propose n’importe quoi…

RV