par RV

La cuillère de bois, c’est quand on termine bon dernier du Tournoi des 6 nations.

La langue de bois, c’est quand on perd une élection et qu’on passe la soirée à se parjurer en disant que ce ne sont que des élections locales, et que ce n’est qu’un rééquilibrage.

Cowboy, autre blogueur indécrottablement (néologisme assumé) de gauche, identifiait il y a peu le nouveau cache sexe social de la droite : y’a plus de « pauvres », y’a que des « précaires ». Depuis hier soir, y’a plus de branlée, de déroute, de bérézina, de cata, de tsunami, non, il y a « rééquilibrage ». En plus, il est « évident ». Merci, MM Vauquier, Bertrand, MMES Pécresse, Yade, merci de la leçon de vocabulaire. Il est vrai que la droite a héroïquement conservé Marseille et somptueusement gagné Agen, Calais et Quimperlé… quoi, je suis ironique, mais pas du tout !..

Dans la foulée cependant, la droite annonce la poursuite des réformes, dont le détail confirme qu’elles conduiront, si elles aboutissent, à la destruction (je pèse mes mots) de la société française telle qu’elle existe depuis 1945. C’est un choix politique, idéologique, franc et frontal. Faire passer en 5 ans la France de l’Etat Providence au libéralisme anglo-saxon, qui, en gros, s’accommode de 10 % de riches, de 60 % de classes moyennes et de 30 % de pauvres. Zut, j’ai dit « pauvres », désolé, je voulais dire « précaires »…

Et il en faudra, de la belle et bonne et certifiée langue de bois, pour faire passer ces fameuses « réformes » dont les Français souhaitent « la poursuite » (je le dis souvent, l’un des moyens infaillibles de détecter la langue de bois est d’essayer de dire le contraire. Si c’est impossible, c’est de la langue de bois. Exemple : vous vous voyez en train de dire « Je ne veux pas de réforme » ? Vous seriez tout de suite taxé d’inconscient, voire de réac’, de passéiste ; et la droite joue là-dessus à fond : le mot réforme lui sert systématiquement de filet de sécurité.

Question : « Alors, Monsieur de la droite, vous encaissez une sévère défaite ce soir ? »

Réponse : « Il est évident qu’on assiste là à un rééquilibrage, mais en même temps les Français souhaitent la poursuite des réformes »… Le contenu du mot réforme ? Aucune importance. La droite sait bien que les sondés ne répondront jamais massivement « je refuse de répondre à des questions fermées qui seront interprétées à l’insu de mon plein gré »… Les sondés répondront toujours à 80 % qu’ils veulent des réformes, comme ils déclarent à 80 % vouloir plus de programmes culturels sur les grandes chaînes de TV…

Alors les réformes vont se poursuivre. On partira plus tard à la retraite, avec moins d’argent, l’ISF sera supprimé, la Sécu sera assainie au prix de franchises médicales et de déremboursements massifs, les services publics seront rentabilisés par de vastes coupes franches dans l’éducation, dans les services de proximité comme les bureaux de poste ou les gares rurales, les Universités augmenteront leurs droits d’inscription de façon « significative » comme ils disent, le droit du travail passera de « complexe » à « simplifié », au détriment de qui, le MEDEF à votre avis ?, et j’en passe.

Alors oui, revenons à la proximité idéologique et politique que je revendique avec Cowboy : on s’en fout pas mal que la gauche ne soit balèze qu’aux municipales, cantonales et régionales. Quand tu es face au dragon, tu passes pas ton temps à te demander de quelle couleur est le pommeau de l’épée. Soit tu cours le plus loin possible, soit tu fonces dans la bête, et qui m’aime me suive. Tiens, ça tombe bien, demain 18 mars, grève contre la suppression des postes dans l’Education Nationale. Je peux me le permettre moi ? Ben oui. Je peux me le permettre, et donc je ne vais pas me gêner. La grève, c’est mon Fouquet’s à moi…

RV

politiqueepeepommeau.1205748982.jpg