par Kiki

Le saviez-tu ?

On peut traduire le muet.

Vingt-sept acteurs interprètent 450 personnages – sans prononcer un seul mot pendant une heure et quarante minutes. L’Heure où nous ne savions rien l’un de l’autre, œuvre théâtrale du dramaturge autrichien Peter Handke, est la plus longue pièce muette du monde. Ce n’est pas sa seule étrangeté, note le Daily Telegraph : le spectacle, à l’affiche du National Theatre, à Londres, est présenté dans « une nouvelle traduction de Meredith Oakes ». On en reste bouche bée.

Cette nouvelle a révélé en moi un potentiel jusqu’alors inusité.

Comme Meredith Oakes, je parle et je traduis le muet. En plusieurs langues (sachant que le muet de Bernardo, à fort accent américain est quelquefois complexe et rempli de nuances difficilement traduisibles).

Je suis polyglotte pour exprimer la surprise muette.

Par exemple en inuit :

 

gayluronbanquise.1204149231.jpg

en amérindien :

 

tipigayluron.1204149212.jpg

et en écossais :

 

ecossegayluron.1204149302.jpg

(comment ?… j’ai un visage connu ?… vous êtes trop gentils)

Je me propose également d’être la première traductrice de français en français.

Vous êtes sceptiques ? (et trop gentils) Vous ne devriez pas.

Ci-dessous un exemple parlant (et non pas muet) de mon travail :

 » Le coup passa si près que le chapeau tomba.  » (texte original)

 » Le coup passa si près que tomba le chapeau. « (traduction)

(oui quelquefois j’en profite pour caser des améliorations ci et là, c’est mon côté perfectionniste que j’ai du mal à museler, Vive la Liberté de Perfectionnisme Libre !)

Voilà. Je m’ai mis sur le marché de l’emploi comme qui dirait. Traductrice spécifique.

C’est combien de l’heure ?

Parce que les nouilles douillent. (rime riche)

Kiki

PS : je peux aussi traduire le Sarkozy(1) en Balladurien (2):

exemple :

« Casstoi, alors, povcon ! »(1)

« Voulez-vous bien cesser, manant ! »(2)